[CONTRIBUTION] Dix remarques aux 19 personnalités qui ont demandé audience au président de la république - Maghreb Emergent

[CONTRIBUTION] Dix remarques aux 19 personnalités qui ont demandé audience au président de la république

Facebook
Twitter

Nous n’avons pas attendu la déclaration des 19 pour mettre en garde le pouvoir sur la situation socio-économique (voir nos écrits www.google.com 2008/2015) alors que certaines de ces personnalités avaient affirmé que tout marchait bien. Pourquoi aujourd’hui des discours contradictoires ? Suite à la déclaration des 19 personnalités qui ont demandé audience au président de la république, je tiens à faire dix (10) remarques fondamentales qui engagent l’avenir du pays

1.-Le terme de personnalité nationale et d’experts en Algérie est actuellement banalisé pour des intérêts idéologiques étroits. Nous aimons tous l’Algérie et personne n’a le monopole du nationalisme et de la vérité. Quelle est cette capacité d’une personnalité à mobiliser l’opinion publique devant avant tout être crédible? la population algérienne dans son immense majorité a participé à la guerre de libération nationale dont nous rendons en ce 01 novembre 2015 hommage à nos valeureux martyrs de toutes les régions du pays, pour nous avoir permis de recouvrer notre indépendance.

2.-Les 19 personnalités qui sont toutes respectables ont le droit en tant que citoyens algériens d’exprimer leurs opinions. Ils doivent clairement exprimer les raisons de la situation actuelle, dont certains ont été des acteurs , donc responsables de cette situation et soumettre à l’opinion publique les propositions concrètes de sortie de crise qu’ils comptent soumettre tant dans le domaine politique, social qu’économique.

3. Leurs préoccupations n’est –elle pas avant tout d’ordre politiques, le contenu de leurs déclarations publiques s’assimilant en fait à déclarer une vacance du pouvoir et l’application de l’article 32 de la constitution, puisqu’ils émettent des doutes quant à la capacité du président de la république à exercer ses fonctions. La présidence de la république doit répondre concrètement et sans polémiques car les accusations indirectes sont d’une extrême gravité, concernant la plus haute institution de l’Etat.

4.-Nous avons consulté des dizaines d’autres personnalités, anciens moudjahiddines de la première heure, officiers de l’ALN, d’importantes personnalités intellectuelles, indépendantes et qui ne cherchent aucunement une fonction de responsabilité, privilégiant uniquement les intérêts supérieurs du pays, qui expriment à la fois leurs inquiétudes vis-à-vis de l’avenir de l’Algérie, mais également confiants en les perspectives prometteuses de l ’Algérie, sous réserve d’un changement de gouvernance, et donc qui n’ont pas les mêmes analyses ni les mêmes solutions et comme les 19 souhaiteraient aussi rencontrer le président de la République.

5.-Or , certaines déclarations dont celle de l’ancienne ministre de la culture, à propos du nouveau code d’investissement, rejoignant la position du parti des travailleurs du tout Etat, laissent penser que certains des 19 veulent influencer la décision économique future, s’attaquant tant au privé national qu’international alors qu’il s‘agit de mobiliser toutes les potentialités y compris le secteur d’Etat rentable qui recèle des cadres de valeur, pour accroitre la croissance économique, condition d‘atténuation des tensions sociales. C’est semble t-il retour à ce slogan des années 1970 qui ne porte plus « l’impérialisme ce chat noir dans un tunnel sombre qui serait à l’origine de tous nos maux alors que le mal profond et la solution est avant tout en nous. Or l’Algérie entre 2016/2020, du fait que la baisse des cours des hydrocarbures sera de longue durée, n’a pas et n’aura pas les moyens financiers de distribution passive de la rente. Un discours de vérité, ni de sinistrose car l’Algérie a les moyens de surmonter cette phase difficile, ni autosatisfaction par des discours démagogiques s’impose, supposant une haute moralité et crédibilité de ceux qui dirigent la Cité.

6. La réalité tant locale qu’internationale est insensible aux slogans politiques, en ce monde en mouvement perpétuel, impitoyable pour les faibles, où toute Nation qui n’avance pas recule. Le communisme et le socialisme de la mamelle est mort à jamais. Les fondateurs du communisme la Russie et la Chine vont vers une économie de marché concurrentielle maitrisée grâce à l’Etat régulateur, qui n’est fort que par sa moralité. La solution passe par la démocratisation des décisions politiques et économiques, tenant compte de notre anthropologie culturelle, devant concilier modernité et traditions, efficacité économique et une profonde justice sociale.

7.-Or , certaines déclarations dont celle de l ancienne ministre de la culture à propos du nouveau code d’investissement, rejoignant la position du parti des travailleurs du tout Etat, laissent penser qu’ils veulent influencer la décision économique future, s’attaquant tant au privé national qu’international alors qu’il s ‘agit de mobiliser toutes les potentialités y compris le secteur d’Etat rentable qui recèle des cadres de valeur, pour accroître la croissance économique condition d ‘atténuation des tensions sociales .

8.-Le véritable nationalisme des algériens se mesurera en ce XXIème siècle quant à leur capacité d’accroître la valeur ajoutée interne et de contribuer aux exportations hors hydrocarbures, une Nation ne pouvant distribuer plus que ce qu’elle ne produit, quitte à conduire le pays au suicide collectif. La réhabilitation du travail et de l’intelligence suppose une cohérence dans la décision, évitant les discours contradictoires et démagogiques de certains responsables qui nuisent aux intérêts supérieurs du pays, et donc un réaménagement de la structure du pouvoir décisionnel.

9.-Face aux enjeux géostratégiques qui se dessinent à l’horizon 2016/2025 (politiques, économiques, militaires), aux ajustements économiques et sociaux douloureux à venir , l’Algérie étant après plus de 50 années d’indépendance, une économie foncièrement rentière, l’on devra éviter de se focaliser uniquement sur la période actuelle. L’on devra analyser objectivement le fonctionnement de la société entre 1963/2015 et bien avant (l’historie étant le fondement de la connaissance, situation elle même influencée durant la période historique avant l’indépendance) et les perspectives, face tant aux mutations locales que mondiales.

10.-Personne n’ayant le monopole du nationalisme, l’urgence est d’éviter à la fois les polémiques stériles et contribuer à la déstabilisation du pays, d’aller vers une mutation systémique en douceur, sous tendu par un dialogue rassemblant toutes les forces économiques, sociales et politiques et un large front national solide, rassemblant toutes les algériennes et algériens sans exclusive, tenant compte des différentes sensibilités, l’unanimisme étant source de décadence.

 

Professeur des Universités, Expert International, Dr Abderrahmane MEBTOUL

Facebook
Twitter