M A G H R E B

E M E R G E N T

Actualités

Inquiétudes sur le droit de grève: le pouvoir tente de rassurer

Par Maghreb Émergent
novembre 13, 2022
Inquiétudes sur le droit de grève: le pouvoir tente de rassurer

Le chef de la délégation algérienne, le ministre de la Justice et garde des sceaux, Abd Errachid Tebbi, a défendu, hier, vendredi,  le respect des libertés syndicales par le gouvernement algérien, dans le cadre du quatrième examen périodique universel, au siège du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève.

A cet égard, le ministre Abderrachid Tabbi a affirmé que le travail syndical est "un autre droit constitutionnel garanti par la loi", chiffres sur la vie syndicale à l'appui, assurant que l'Algérie "  a permis à 160 organisations syndicales et patronales de faire valoir leurs droits, notamment à travers les 21 conventions tripartites mises en place depuis sa création, ainsi que les14 réunions bilatérales qui ont permis au syndicat, au patronat et au gouvernement, de s'accorder sur des formules consensuelles pour préserver l'emploi, renforcer la protection sociale et améliorer le pouvoir d'achat, et raffermir ainsi le dialogue social national.  Abderrachid Tebbi n'a pas mentionné que les réunions tripartites ont associé toutes les organisations patronales ainsi que tous les membres du gouvernement et un syndicat, l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

Ceci  intervient au moment où le gouvernement s'est engagé dans une révision de la loi sur l'exercice du droit syndical, la prévention et le règlement des conflits collectifs au travail. Le Conseil des ministres a reporté récemment l'adoption de ce projet, jusqu'à ce que le gouvernement définisse « clairement les secteurs sensibles, dans lesquels les grèves ne sont pas autorisées », comme indiqué dans la déclaration du Conseil des ministres à ce sujet. Une approche qui fait craindre aux syndicalistes une éventuelle criminalisation du travail syndical, à l'instar de la criminalisation de l'exercice politique et des activités liées à la défense des droits de l'homme.

La Confédération des syndicats algériens, en réaction à l’initiative du gouvernement, a mis en garde contre la compromission du droit de grève et le retrait des acquis obtenus grâce aux luttes des ouvriers et employés au fil des générations, et a dénoncé son absence de la discussion, comme un partenaire social directement concerné  par les textes de loi relatifs au droit à la pratique syndicale

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités

Inscriptions à l’AADL 3 : Les retardataires devront attendre la réouverture de la plateforme

Les inscriptions pour le programme de logements AADL3 vont reprendre, rassure le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville vendredi dans un communiqué. ‘’L’opération d’inscription au programme AADL3 … Lire Plus

Actualités Energie

Exportations de GNL en Afrique : L’Algérie et le Nigeria confrontés à une concurrence très serré

L’Algérie confirme sa place de leader dans le marché africain du gaz naturel liquéfié (GNL), se classant deuxième exportateur du continent pour le premier semestre 2024, selon le récent rapport… Lire Plus

Actualités

Baisse de l’activité industrielle dans le secteur public au premier trimestre 2024 (ONS)

Selon une enquête de l’Office national des statistiques (ONS), réalisée auprès des dirigeants d’entreprises industrielles, couvrant divers aspects tels que la demande, la distribution, la main-d’œuvre et la liquidité financière,… Lire Plus

Actualités

Panne informatique mondiale : L’aéroport d’Alger rassure

L’aéroport international d’Alger tient à rassurer ses passagers et ses partenaires que ses opérations n’ont pas été touchées et ses systèmes informatiques restent pleinement opérationnels et sécurisés, suite à la… Lire Plus

Actualités

Les prix de la pomme de terre, la sardine et des fruits flambent sur les marchés en Algérie

Les prix de la pomme de terre enregistrent depuis le début du mois des hausses importantes. Sur le marché du détail, le produit est proposé entre 90 et 130 DA… Lire Plus