M A G H R E B

E M E R G E N T

Actualités

Investissement en hydrocarbures : Sonatrach enregistre un recul de 44% en 2020

Par Nabil Mansouri
février 17, 2021
Investissement en hydrocarbures : Sonatrach enregistre un recul de 44% en 2020

La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, a enregistré un recul de 44%, dans l’exploration et production hydrocarburse (E&P) au cours de l’année 2020, révèle une étude publiée récemment par l’IFP Energies nouvelles (Ifpen).

« En Algérie, les investissements de Sonatrach, qui représentaient 76 % du total en 2019, reculent de 44 % alors que ceux de la trentaine de compagnies internationales présentes sur place résistent mieux (-18 %) », lit-on dans le document de l’institut de recherche français.

Selon cette étude, les investissements de l’Algérie ont chuté de 2,5 milliards de dollars, suivie par ceux de la Libye avec ‑2,3 Mds de dollars, le Nigeria avec -1,9 Mds de dollars, l’Égypte avec -1.7 Mds de dollars et le Mozambique avec -1,3 Mds de dollars. Seul l’Angola résiste à la crise avec des investissements qui restent stables, précise la même étude.

Par ailleurs, on note un quintuplement des montants investis au Sénégal, qui bondissent de 0,14 Mds de dollars en 2019 à 0,75 Mds de dollars en 2020, « grâce au lancement du développement du champ pétrolier offshore de Sangomar », indique la même source.

En Libye, la reprise des investissements constatée en 2019 (+44 %) connait une pause avec un recul de 75 % ; les investissements de la compagnie nationale qui représentaient 69 % du total en 2019 plongent de 84 %.

En Egypte, où les investissements étaient déjà en baisse en 2019, la tendance s’accentue. Une partie importante de cette baisse n’est pas liée à la conjoncture mais au cycle d’investissements de quelques grands projets, notamment Zohr et West Nile Delta, dont le développement a commencé en 2015-2016 et qui ont passé leur pic d’investissement.

Au Mozambique, les investissements pâtissent principalement de retards dans le développement de Mozambique LNG liés à la pandémie de la Covid-19 et à des attaques de militants islamistes à proximité du site.

Au Nigeria, les investissements de la compagnie nationale NNPC et de sa filiale NPDC, qui représentent 80 % des investissements en E&P du pays en 2020, limitent les pertes avec un recul de 17 % alors que les autres compagnies, majors, indépendants, NOC internationales réduisent leurs dépenses de plus de 60 % en moyenne.

Selon le document de l’Ifpen, les investissements en E&P dans le monde se sont effondrés de 35 % en 2020, plombés par la baisse des prix consécutive au ralentissement économique global dû à la pandémie de la Covid-19.

« L’activité de forage en 2020 a enfoncé le creux de 2016. Le forage des bassins de schiste américains avec 7 500 puits horizontaux a été divisé par deux sur un an. Les chiffres d’affaires du forage à terre et en mer baissent respectivement de 36 % et 16 %. Le secteur le plus impacté est la fracturation hydraulique avec une chute de 57 % », souligne l’étude.