M A G H R E B

E M E R G E N T

Maghreb

L’abrogation de l’article 87 bis « coûterait entre 9 et 11 milliards de dollars par an »- A. Mebtoul sur Radio M

Par Yazid Ferhat
février 26, 2014
L’abrogation de l’article 87 bis « coûterait entre 9 et 11 milliards de dollars par an »- A. Mebtoul sur Radio M

 

A  l’occasion de son passage mardi sur l’émission  hebdomadaire « Invité du Direct » de Radio M, la web radio de Maghreb Emergent, Aderrahmane Mebtoul  s’est félicité de la « prudence » dont ont fait preuve les autorités  algériennes au cours de la récente Tripartite. Il fait ainsi allusion à la décision de reporter à 2015 tout aménagement du désormais célèbre   article 87 bis.

 

La décision de la Tripartite (Gouvernement-Patronat-UGTA) de cette semaine de reporter la révision de l’article 87 bis du code du travail n’est pas dépourvue d’ambiguïtés, selon le professeur Abderrahmane Mebtoul. Il croit déceler une « confusion sur le vocabulaire » ; certains participants à la Tripartite  parlent d’abrogation pure et simple, d’autres de révision.

 Pour l’économiste algérien  qui, à travers une présence très active dans les médias nationaux, prône depuis plus de 2 décennies  une réforme libérale de mode de fonctionnement de l’économie algérienne, cette décision est d’autant plus justifiée que « la productivité du travail est en Algérie la plus faible de la région MENA (Afrique du Nord-Moyen Orient) » et que « les sureffectifs sont très importants au sein des entreprises publiques ». M. Mebtoul ajoute qu’on a eu tendance à confondre en Algérie au cours des dernières années «  les emplois- rente et les emplois productifs ».

Il évalue dans ce contexte les incidences d’une abrogation possible de l’article 87 bis   « sur la base des indications les plus récentes concernant la masse salariale à fin 2012 dans une fourchette de 9 à 11 milliards de dollars en rythme annuel ».

Prise de conscience

 Pour Aderrahmane Mebtoul  la prudence manifestée par les autorités algériennes est le résultat d’une « prise de conscience »  qui a été stimulée par une « série de nouvelles et d’avertissements récents ». Il mentionne au premier rang d’entre elles les anticipations très négatives venues de différents horizons et publiées au cours des derniers mois sur les perspectives futures des cours pétroliers et gaziers, de même que la concurrence croissante sur le marché des hydrocarbures qui menace les parts de marché de notre pays

Les avertissements contenus dans les derniers rapports du FMI sur l’économie algérienne auraient également retenu l’attention des dirigeants algériens de même que la dernière note de conjoncture de la Banque d’Algérie qui a attiré l’attention de l’exécutif sur la disparition des excédents financiers extérieurs en 2013. Abderrrahmane Mebtoul déclare  tenir de M. Sellal lui-même l’affirmation que le total des transferts sociaux et des subventions pourrait atteindre en 2014 le niveau record de 30% du PIB ;  « ce qui ne pourra pas durer » commente-t-il.

Plus de «  1200 entreprises publiques moribondes »

L’économiste algérien qui « n’a pas une vision pessimiste de l’avenir du pays  » défend l’idée que « les populations sont plus mûres que leurs dirigeants » et que l’Algérie « dispose de tous les atouts pour devenir un acteur majeur du développement régional , à condition « d’engager d’urgence les réformes structurelles, devenues une priorité pour l’Algérie ». 

Le Professeur Abderahmane Mebtoul qui  « plaint l’équipe qui va venir à partir de 2014 » préconise en particulier le lancement d’un grand débat sur les subventions  qui permettra d’explorer les pistes qui permettront de passer des subventions massives actuelles  à des systèmes de subventions ciblées. Sur le chapitre des privatisations, autre chantier à venir des réformes structurelles, il mentionne plus de «  1200 entreprises publiques moribondes » qui doivent se débrouiller avec le marché sans l’intervention des autorités, les assainissements financiers successifs ayant déjà « coûté plus de 60 milliards de dollars entre 1971 et 2013 ».

L’intervention de M. Mebtoul sur Radio M s’est achevée par une invitation pressante adressée aux dirigeants de la région pour la  construction d’un « Grand  Maghreb ». Abderrahmane Mebtoul en est convaincu : « les principaux enjeux régionaux du futur sont en Afrique  et s’il n’y a pas de Grand Maghreb , tous les gouvernements de la région seront balayés ! »

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités Maghreb

Maroc : l’opposant Mohamed Ziane de nouveau condamné

Détenu depuis novembre 2022, l’opposant marocain et ancien ministre, Mohamed Ziane, vient d’être condamné à cinq ans de prison ferme dans une nouvelle affaire. En effet, cet ex-bâtonnier de Rabat,… Lire Plus

Actualités Maghreb

Tunisie : le Secrétaire général d’Ennahdha arrêté

En Tunisie, le secrétaire général d’Ennahdha, Ajmi Lourimi, a été arrêté dans la soirée du samedi 13 juillet 2024. Le parti a rendu public un communiqué pour dénoncer cette arrestation qui… Lire Plus

Actualités Maghreb

Tunisie : le candidat à la présidentielle Abdellatif Mekki assigné à résidence

En Tunisie, le candidat à l’élection présidentielle, ancien cadre d’Ennahdha et ex-ministre de la Santé, Abdellatif El Mekki, a été assigné à résidence. Le juge d’instruction a prononcé plusieurs interdictions… Lire Plus

Actualités Maghreb

Maroc : après plus de 200 jours de boycott, les étudiants en médecine annoncent une « semaine de colère »

Au Maroc, le Comité national des étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie (CNEMEP), a annoncé une « semaine de colère » du 7 au 16 juillet, marquée par plusieurs… Lire Plus

Maghreb

L’amulette et le divan. L’épineuse prise en charge des traumatismes en Algérie

Le système de santé mentale algérien est sous tension et semble figé dans le passé, manquant de l’élan nécessaire pour répondre aux besoins d’une société en transformation et dont les… Lire Plus