L’Allemand Beka délocalise une partie de sa production vers l'Algérie - Maghreb Emergent

L’Allemand Beka délocalise une partie de sa production vers l’Algérie

Rudolf Brendel
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

 Rudolf Brendel

Beka Algérie est née. Une joint-venture entre l’Allemand Beka (Baier+Koppel GmbH CO) et le privé algérien Jet Service qui va fabriquer des systèmes de graissage centralisé en Algérie. C’est une délocalisation qui s’inscrit dans un programme que Beka a mis en œuvre pour réaliser cinq usines en dehors de l’Allemagne, en Algérie, en Inde et au Brésil. 

 Les statuts de la nouvelle joint-venture SARL Beka Lube Algérie ont été signés mercredi dernier (29 janvier) dans les locaux qui serviront de siège à celle-ci, au 25, zone d’activité d’Ain Smara à Constantine entre le patron de Jet Service M. Nasreddine Hannache, distributeur officiel des produits de Beka depuis 2005 et le Directeur Général de Beka Lube International M. Rudolf Brendel. Jet Services qui fabrique des flexibles à Constantine depuis 1999 déjà en partenariat avec un autre allemand, Eaton en l’occurrence, dispose de 51 % des parts dans cette nouvelle société mixte qui sera cogérée par M. Hannache et Thomas Bӧhmer, membre du conseil d’administration chargé du développement stratégique du groupe allemand. 

 Après l’Algérie, l’Inde

 D’un capital social initial de 35 millions de DA (350 000 euros environ), Beka Algérie gèrera la première usine du groupe Beka en dehors de l’Allemagne qui entrera en production, selon M. Brendel dès le mois de mars prochain. Une production qui sera destinée au marché algérien dans un premier temps avant d’être exportée vers les pays du Maghreb et de l’Afrique francophone. «Notre objectif est de créer une valeur ajoutée locale pour conquérir le marché maghrébin et celui de l’Afrique francophone. Nous allons commencer par assembler des équipements avec un taux d’intégration de 20 à 30 %.  Bien sûr nous allons continuer à fabriquer les pièces clés de nos systèmes dans nos usines en Allemagne mais, nous espérons porter graduellement le taux d’intégration à hauteur de 80 %. Nous avons une gamme assez diversifiée de produits. Cela dépendra de la demande.», a indiqué M. Brendel. Beka aspire néanmoins ouvrir d’autres usines dans le monde. La prochaine, prévue courant cette année 2014, sera en Inde. «La prochaine usine sera ouverte fort probablement en Inde et nous comptons ouvrir à court terme une autre au Brésil. Le marché est très porteur dans ces deux pays mais les droits de douanes qu’ils appliquent sont excessivement chers.», a indiqué M. Brendel.

 La production du groupe va doubler dans les trois années à venir

 Le problème des droits de douanes ne se pose pas pour le marché algérien en raison de préférences accordées aux européens dans le cadre de l’accord d’association. Le marché algérien offre d’énormes potentialités avec le développement de l’activité minière notamment où les exploitants devront absolument doter leurs engins de systèmes de graissage.  Ce constructeur allemand de systèmes de graissage centralisé pour des applications mobiles et industrielles devrait ainsi, a souligné M. Brendel, réaliser des extensions dans ses usines en Allemagne pour pouvoir approvisionner les nouvelles unités implantées en dehors de l’Allemagne. «Nous avons prévu des extensions sur une superficie de 7 hectares car, notre production est appelée à doubler dans les deux ou trois années à venir pour accompagner ce déploiement à l’étranger.», a-t-il précisé.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter