L’ENTV va s’acquitter de l’amende FIFA pour le piratage du match Burkina Fasso - Algérie - Raouraoua - Maghreb Emergent

L’ENTV va s’acquitter de l’amende FIFA pour le piratage du match Burkina Fasso – Algérie – Raouraoua

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

La Confédération africaine de football (CAF) a gelé les revenus de la fédération algérienne de football (FAF) des droits de transmission télévisée des qualifications africaines du Mondial-2014 de l’ordre d’un million de dollars, en raison d’un différend juridique opposant la chaîne Al Jazeera, détentrice de ces droits et son homologue algérienne, a indiqué le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, lors d’une interview avec la chaîne Dzaïr TV.

« Cette procédure n’est engagée qu’à titre conservatoire, jusqu’à ce que la justice tranche cette affaire. C’est le même cas de figure également pour la fédération égyptienne », a déclaré Raouraoua, invité du forum Dzair TV. La télévision algérienne avait retransmis, le 12 octobre dernier, la rencontre Burkina Faso-Algérie (3-2) disputée au stade de Kumasi sur son réseau terrestre sans l’accord d’al-Jazzera sport, détentrice des droits de retransmission. La Télévision égyptienne avait, elle aussi, retransmis le match Ghana -Egypte (6-1) disputé le 11 octobre à Ouagadougou, en barrage aller sur sa chaîne terrestre, sans l’accord de l’entreprise détentrice des droits pour l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. « On n’est pas très inquiet à ce propos, puisque la télévision algérienne s’était engagée à s’acquitter de l’amende qu’elle pourrait encourir une fois l’affaire tranchée par la justice », a expliqué le patron de la FAF.

Les compétitions africaines, un gouffre pour les finances des clubs

A propos de la participation des clubs algériens aux compétitions africaines, Mohamed Raouraoua considère que dans l’état actuel des choses, leur engagement les fragilisera davantage sur le plan financier. « Le niveau de nos clubs ne leur permet même pas d’atteindre la phase des poules des compétitions africaines. Et quand on quitte ces épreuves dès les premiers tours, on sera davantage fragilisés sur le plan financier », a déclaré a-t-il déclaré au forum de Dzair TV.
Le patron du football algérien avait préconisé aux clubs algériens de se retirer des compétitions africaines, du moins pour cette saison. Une proposition que l’USM El Harrach et l’USM Alger, qui devaient participer respectivement à la Ligue des champions et la Coupe de la Confédération, ont pris en considération en déclarant leur forfait. En revanche, l’ES Sétif et le CS Constantine ont confirmé leur participation aux deux compétitions. « L’ES Sétif, qui tient à sa participation à la Ligue des champions, n’a pas payé les salaires de certains de ses joueurs depuis 5 mois. Malgré cela, ses dirigeants campent sur leur décision de jouer l’épreuve continentale », a déploré le président de la FAF.
« Le CSC, au moins, aura un souci de moins, puisque Tassili Airlines s’est engagée à mettre un avion à la disposition de l’équipe lors de ses voyages africains, mais je ne pense pas que ses résultats seront probants », a-t-il poursuivi.
Raouraoua a informé, au passage, que l’USMH ne s’est pas encore officiellement retirée de la Ligue des champions, en dépit des déclarations de presse de ses dirigeants, prédisant une amende de l’ordre de 1.500 dollars contre ce club une fois son forfait confirmé.
Plafonner les salaires des joueurs pour sauvegarder les clubs
Pour Mohamed Raouraoua, le plafonnement des salaires des joueurs décidé récemment, sera « salutaire » pour l’avenir des clubs professionnels car il leur évitera la faillite. « C’est une décision inévitable, au vu de la situation financière précaire que connaissent les clubs des deux Ligues, reconvertis en sociétés commerciales, mais qui sont tous, et sans exception, déficitaires », a-t-il déclaré. « C’est aussi une bonne chose pour les joueurs qui, ainsi, seront au moins, sûrs de percevoir leurs salaires à la fin de chaque mois, contrairement à ce qui se fait actuellement dans la plupart des clubs », a-t-il ajouté.
Une réunion ayant regroupé le président de la FAF et les présidents de clubs de Ligues 1 et 2 a eu lieu il y a quelques jours, au terme de laquelle il a été décidé le plafonnement des salaires des joueurs à partir de la saison prochaine. Une grille de salaires variant entre 200.000 DA et 1,2 million DA sera appliquée dans les nouveaux contrats qui seront signés au cours de la prochaine intersaison. « 33% des joueurs perçoivent plus d’un million de dinars mensuellement. Il y en a parmi eux qui touchent même un salaire de 3 millions de dinars. Je ne suis pas contre le paiement de telles sommes, mais vu les moyens financiers dont disposent les clubs actuellement, il devient impossible pour ces derniers d’honorer leurs engagements », a encore expliqué le patron de l’instance fédérale.
Mais Raouraoua a déploré le fait que des joueurs aient protesté contre cette procédure, alors qu’ils ne paient même pas leurs impôts, ni leurs cotisations auprès des services de la CNAS, malgré les salaires faramineux qu’ils perçoivent. « Il faudra d’abord à ces joueurs de se conformer à la loi, en payant leurs cotisations auprès des services d’Impôts et de la CNAS, comme le fait le simple citoyen algérien. Il est temps ainsi de revenir à la légalité », a insisté le président de la FAF, précisant au passage que les joueurs devront s’acquitter des cotisations en question « à partir du mois de janvier en cours ».

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter