L’internationalisation de l’activité économique a profondément changé l’image de l’économie mondiale (Expert)

L’internationalisation de l’activité économique a profondément changé l’image de l’économie mondiale (Expert)

La production, le commerce et les investissements internationaux sont de plus en plus organisés au sein de ce qu’on appelle les Chaînes de valeur mondiales (CVM), où les différentes étapes d’un procédé de production se retrouvent dans différentes économies.

 

« L’intégration dans les chaines de valeur mondiales et régionales, un facteur de développement économique et de croissance pérenne », a été le thème débattu ce mardi par les intervenants invités des Matinales du Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE) avec le soutien de la Délégation de l’Union européenne (UE). Tour à tour, Hakim Belarbi, Nadhir Laggoune, et Ali Harbi, Consultants en gouvernance et stratégie d’entreprises et expert auprès de divers organismes internationaux  se sont penchés sur le sujet en vue donner plus de clarté à ce concept.  Les dernières décennies ont été le théâtre d’une internationalisation de l’activité économique qui a profondément changé l’image de l’économie mondiale, a-t-on d’emblée souligné. « Aujourd’hui, un nombre croissant d’entreprises, de pays et d’autres acteurs économiques prennent part à l’économie mondiale et sont devenus de plus en plus interdépendants au-delà des frontières nationales. La production, le commerce et les investissements internationaux sont de plus en plus organisés au sein de ce qu’on appelle les Chaînes de valeur mondiales (CVM), où les différentes étapes d’un procédé de production se retrouvent dans différentes économies », a indiqué Hakim Belarbi, Directeur général de Prodiphal production, un des leaders algériens de la production de médicaments.

Deux modes d’intégration en Afrique du Nord

Les intrants intermédiaires tels que les pièces et les composantes sont produits dans un pays pour ensuite être exportés vers d’autres pays, où ils font l’objet d’une transformation ou d’un montage supplémentaire en vue d’être intégrés à des produits finaux. Les chaines de valeur mondiales sont articulées autour des la recherche des moindres coûts de main d’œuvre, de proximité des matières et des marchés et aussi autour des autres avantages concurrentiels des différentes  économies, comme le savoir et le savoir-faire. L’Afrique du nord se caractérise par deux modes d’intégration dans les chaines de valeur mondiales, selon Nadhir Laggoune, Directeur général de Eurapharma Distribution, entreprise de distribution de produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques, ancien consultant en stratégie d’entreprises. Le premier mode concerne l’Algérie, la Libye et la Mauritanie et consiste en une intégration par les matières premières. Le second mode concerne l’Egypte, la Tunisie, et le Maroc et consiste en une intégration croissante par les produits manufacturés, et notamment les activités d’assemblage dans les domaines textile, habillement, électronique et mécanique. Une étude récente de la commission économique des Nations unies pour l’Afrique a fait ressortir des pistes d’intégration en faveur de la constitution de chaines de valeur régionales. « Une meilleure intégration des ressources naturelles régionales pour des activités de transformation (énergie solaire, pétrole et gaz, phosphate, fer, produits agricoles et de la pêche), et d’autre part une meilleure complémentarité dans le secteur des industries mécaniques électriques et électroniques, notamment dans les filières automobiles, électroniques grand public et aéronautiques.

 

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *