M A G H R E B

E M E R G E N T

Actualités

L’Algérie a attiré plus d’IDE que le Maroc en 2023

Par Maghreb Émergent
juin 25, 2024
L’Algérie a attiré plus d’IDE que le Maroc en 2023

L’Algérie a attiré plus d’investissements directs étrangers (IDE), que le Maroc au cours de l’année 2023, souligne un rapport publié le jeudi 20 juin 2024 par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), cité par l’agence Ecofin.  

Intitulé « World Investment report 2024 », le rapport précise que l’Égypte en tête des pays attractifs des IDE en Afrique. Il a attiré des flux d’IDE d’un montant de 9,84 milliards de dollars, malgré la baisse des fusions & acquisitions par rapport aux sommets atteints en 2022.

L’Algérie arrive à la 14ᵉ position en Afrique avec 1,21 milliard de dollars d’investissements étrangers directs, tandis que le Maroc occupe la 16ᵉ place avec 1,09 milliard de dollars d’IDE.

Le rapport souligne que le flux d'investissements directs étrangers vers l'Afrique a diminué de 3%, durant l’année écoulée pour se situer à moins de 53 milliards $.

Le pays le plus peuplé du monde arabe est talonné par l’Afrique du Sud (5,23 milliards de dollars), l’Éthiopie (3,26 milliards), l’Ouganda (2,88 milliards), le Sénégal (2,64 milliards), le Mozambique (2,50 milliards), la Namibie (2,34 milliards) et le Nigeria (1,87 milliard). La Côte d’Ivoire ferme, quant à elle, le top 10 avec des flux d’IDE de 1,75 milliard $ en 2023. (Voir le Top 20 complet ci-dessous).

Le rapport indique par ailleurs que le continent africain a reçu des investissements étrangers d’un montant global de 52,63 milliards de dollars en 2023, en baisse de 3% par rapport à 2022.

Les principales économies qui investissent en Afrique, en termes de stocks cumulés d'IDE, sont les Pays-Bas, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine.

À l’échelle mondiale, les IDE ont diminué de 2% durant l’année écoulée pour s’établir à 1 300 milliards USD. Cette baisse est due à l'augmentation des tensions commerciales et géopolitiques dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale.

Pour 2024, la CNUCED note que les perspectives pour les IDE restent difficiles en 2024, même si « une croissance modeste pour l'ensemble de l'année semble possible », citant notamment des facteurs comme l'assouplissement des conditions financières et les efforts concertés en faveur de la facilitation de l'investissement.

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités

Algérie Ferries face à une nouvelle crise : reports de traversées et panne technique

En pleine saison estivale, Algérie Ferries se trouve une fois de plus confrontée à des défis logistiques majeurs. La compagnie nationale de transport maritime a annoncé ce jeudi 18 juillet… Lire Plus

Actualités Entreprise

Entrepreneuriat : augmentation significative du nombre d’auto-entrepreneurs en Algérie

Le nouveau mécanisme installé dernièrement par le ministère chargé des startups, concernant l’auto-entrepreneuriat a connu un grand engouement parmi les jeunes entrepreneurs porteurs de projets. Le ministre de l’Économie de… Lire Plus

Actualités Finances

Financement bancaire en Algérie : Une hausse de 1000 milliards de DA en 2023

Le secteur bancaire affiche une croissance notable, avec une augmentation des crédits alloués à l’économie nationale de 1000 milliards de DA entre 2022 et 2023. Cette progression, qui atteint 8%… Lire Plus

Actualités

Bejaia : réception de trois pipelines pour la station de dessalement de Tighremet

La station de dessalement de Tghremet dans la wilaya de Bejaia a réceptionné le 14 juillet, trois pipelines. ‘’Dans le cadre de son engagement à soutenir les projets d’État, l’Entreprise… Lire Plus

Actualités

Le CEREFE et l’ONA s’allient pour une gestion énergétique optimale des eaux usées

Le Commissariat aux Energies Renouvelables et à l’Efficacité Energétique (CEREFE) et l’Office National de l’Assainissement (ONA) ont franchi une étape importante dans la transition énergétique du secteur hydraulique algérien. Mercredi… Lire Plus