Plus d’une semaine après l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty en France, les intellectuels tunisiens se mobilisent pour dénoncer le député tunisien Rached Khiari.

Ce député avait écrit au lendemain de l’assassinat sur sa page Facebook : « Toute atteinte au prophète Mahomet est le plus grand des crimes. Tous ceux qui le commettent, s’agissant d’un Etat ou d’un groupe d’individus, doivent assumer ses retombés et répercussions ».

Ils sont en effet quarante intellectuels tunisiens à lancer, ce samedi, appelant à juger le député.

« Vanter les mérite de la décapitation du professeur Samuel Paty en public, comme châtiment divin, sur les réseaux sociaux, est une forme d’assassinat indirecte. » Note ainsi la pétition lancée par une quarantaine d’intellectuels tunisiens, dont Sophie Bessis et l’ex Ministre Kamel Jendoubi. Rapporte par ailleurs un tweet de l’AFP.

 767 total views,  9 views today