Le fonds souverain libyen porte plainte contre Société Générale pour malversations - Maghreb Emergent

Le fonds souverain libyen porte plainte contre Société Générale pour malversations

Facebook
Twitter

Le fonds souverain libyen, Libyan Investment Authority  a déposé une plainte à la Haute Cour de Londres contre la banque française Société Générale, ont rapporté ce lundi des médias français, citant un article du journal américain Financial Times.

 

Libyan Investment Authority  ( LIA) accuse la banque française d’avoir versé des pots de vin à des proches de l’ancien dirigeant libyen et  réclame  1,5 milliard de dollars à la Société Générale. « Les investissements et les transactions effectués pour le compte de la LIA ont généré de lourdes pertes en raison de malversations et d’actes de corruption », a affirmé la  Libyan Investment Authority  citée par l’AFP.

Selon l’AFP qui a consulté la plainte déposée mercredi dernier à Londre, la Société Générale a versé au moins 58 millions de dollars à Leinada, une structure basée au Panama et dirigée par Walid Giahmi, un proche de Seif al-islam Khadafi. Cette somme était censée représenter des services de conseil de la Société Générale portant sur l’investissement par la LIA de 2,1 milliards de dollars (1,5 milliards d’euros) dans des obligations émises par la banque française et plusieurs de ses filiales entre fin 2007 et mi-2009.

Seulement, le fonds souverain libyen assure qu’il n’existe aucune indication prouvant que la société Leinada a effectivement produit de services légitimes en relation avec les transactions incriminées. De son côté, la  Société générale  conteste les allégations « infondées » de la plainte de la LIA. La banque française est également mise en cause dans une enquête ouverte en parallèle par le département de la justice américain sur d’autres banques et fonds d’investissement dans des opération avec le fonds libyen.

Le  (Libyan Investement Authority – LIA ) intente en action en justice contre le géant américain de la finance Goldman Sachs est l’une des banque ciblée par cette enquête de la justice américaine. Le fonds souverain libyen avait intenté fin janvier dernier une action en justice contre la banque américaine qu’il accuse d’avoir sciemment orienté ses placements vers de titres toxiques. 

 

Facebook
Twitter