Le groupe "Al Mourabitoune" publie une vidéo d’un diplomate algérien otage au Nord Mali - Maghreb Emergent

Le groupe “Al Mourabitoune” publie une vidéo d’un diplomate algérien otage au Nord Mali

Facebook
Twitter

Un groupe djihadiste Malien du nom d’ « Al Mourabitoune » vient de diffuser une vidéo d’un des diplomates algériens retenu en otage dans le nord du pays, appellant le gouvernement algérien à « œuvrer sérieusement » à leur libération.

L’information a été rapportée samedi par l’Agence Nouackchott d’information (ANI), l’un des principaux relais médiatiques des groupes djihadistes mauritantiens.
Dans la vidéo citée par l’Agence mauritanienne, le diplomate algérien enlevé dans le nord du Mali en 2012, lance unn appel au gouvernement à oeuvrer “sérieusement” pour obtenir sa remise en liberté en même temps que ses deux collègues. Dans la vidéo parvenue à l’ANI, le diplomate Mourad Ghassas qui se présente comme un employé du consulat algérien à Gao (Mali), a mentionné que l’enregistrement a été fait le 9 avril.
Otages en bonne santé
L’otage algérien a assuré que ses deux collègues sont “en bonne santé et dans de bonnes conditions”, avant de reprocher au gouvernement algérien de n’avoir pas “cherché réellement à trouver une solution à (leur) problème”.
L’otage algérien a enfin lancé un appel à sa famille et au peuple algérien “afin qu’ils puissent contribuer d’une façon ou d’une autre à apporter une solution à ce problème, dont la solution reste abordable, notamment à travers le changement de l’attitude du gouvernement algérien dans sa façon de négocier”.
Par ailleurs, le groupe jihadiste Al Mourabitoune a rendu publique une déclaration, citée par l’ANI, dans laquelle il souligne que “le gouvernement algérien demeure responsable du retard de la solution du problème de la prise en otage des diplomates algériens”.
Deux années de captivité
En avril 2012, le mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) avait enlevé sept diplomates algériens à Gao (nord du Mali) au moment où cette ville était sous le contrôle des islamistes armés. Il procédera plus tard à la libération de trois des sept otages, avant d’annoncer en août 2013, l’exécution du diplomate algérien Taher Touati identifié comme “un militaire”, alors que trois autres diplomates continuent à être en captivité.

Facebook
Twitter