M A G H R E B

E M E R G E N T

Maghreb

Le trafic sur le métro d’Alger perturbé par une grève des travailleurs

Par Maghreb Émergent
mars 26, 2014
Le trafic sur le métro d’Alger perturbé par une grève des travailleurs

[caption id="attachment_1751" align="alignnone" width=""]Les usagers du métro d'Alger ont voyagé gratuitement mercredi à la faveur d'une grève surprise des travailleurs (DR)[/caption]

Les travailleurs de la RATP El Djazair, la société chargée de la gestion du métro d’Alger, ont lancé mercredi une journée de grève, avec à la clé des revendications salariales. Les négociations n'ayant pas encore abouti en fin de journée, le mouvement est maintenu pour jeudi.

 

Les usagers du métro d’Alger ont bénéficié d’une journée de transport gratuite, à la faveur d’un mouvement de grève des travailleurs de la RATP El Djzair. L'impasse des négociations salariales engagées auparavant avec la direction générale de l’entreprise est l’une des principales raisons de ce mouvement de protestation, selon des travailleurs rencontrés par Maghreb Emergent. Un service minimum a été assuré par quatre expatriés français, assistés par quelques agents de sécurité qui orientaient les usagers. 

L'ensemble des travailleurs ayant adhéré à l'appel du syndicat, aucun des caissiers n’était en poste pour percevoir l'argent des tickets. La régie qui assure des rotations, à raison d'une rame tous les trois minutes, a vu le rythme des trains ralenti par cette grève, les rotations ayant été réduites à une toutes les dix ou quinze minutes.

Quelques dizaines parmi les 400 travailleurs de la régie se sont rassemblés dans la station terminus de Hai El Badr (ex-Lotissement Michel), dans l'attente des résultats des négociations reprises dès le matin entre la direction et les délégués syndicaux.
Surcharge de travail
Les travailleurs abordés sur place ont dénoncé ce qu'ils ont appelé des faits « d'exploitation humaine ». "Nous sommes en sous-effectif. et l'amplitude maximale de travail quotidien (conduite réelle+ les pauses) qui est de 6 h 30 n'est pas respectée et il arrive à certains conducteurs de travailler pendant huit heures", explique un conducteur de métro. "Une charge de travail qui nous use et qui est disproportionnée par rapport à nos salaires et les risques auxquels nous sommes exposés, surtout ceux qui conduisent les draisines.", a-t-il ajouté.
Les protestataires revendiquent une augmentation de 24 %, à raison de 8% par an sur trois ans, du salaire de base, une revalorisation de la prime de panier de 200 à 350 DA par jour et un 13e mois de salaire. La direction a proposé pour sa part une hausse de 5% par an sur trois ans.

L'inspecteur du travail de la wilaya d'Alger, M. Salah Djida, qui est intervenu pour apaiser les esprits, a été chahuté par les protestataires. "C'est regrettable ce que vous faites. Parce que toutes vos revendications sont prises en compte. Je me suis réuni avec vos délégués syndicaux hier. Je ne sais pas s'ils vous ont transmis ou non. Laissez un peu de temps à la direction", a-t-il lancé aux travailleurs.

Nos tentatives de joindre la direction de la RATP El Djazair sont restées vaines.