"Les conditions ne sont pas encore réunies pour lancer une industrie de la pièce de rechange en Algérie" (Professionnels) - Maghreb Emergent

“Les conditions ne sont pas encore réunies pour lancer une industrie de la pièce de rechange en Algérie” (Professionnels)

Facebook
Twitter

Le salon Equip-Auto Algeria 2018 réunit 280 exposants dont 210 étrangers.

 

Le lancement d’une industrie de la pièce de rechange automobile en Algérie ne peut se faire dans l’immédiat et exige un certain nombre de préalables. C’est la position défendue par un certain  des professionnels réunis au salon dédié aux équipements automobile, Equip-Auto 2018, organisé au palais des expositions de la Safex.

« L’Algérie ne peut pas développer du jour au lendemain une industrie de la pièce de rechange », a assuré Said Mansour, directeur général de EMSG (Equipment Motors Service Group), qui animait une conférence en marge de l’événement.

Selon lui, il faut d’abord prendre un certain nombre de mesures, à savoir « libérer l’investissement, la formation des professionnels  et l’intensification des échanges avec des professionnels étrangers expérimentés ».

Le DG de EMSG, également membre du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME, estime que « l’objectif de l’Etat de vouloir produire localement des véhicules est une orientation positive pour le pays, mais il faut du temps pour y arriver». « Il faut savoir aussi que le secteur de la pièce de rechange, souffre du phénomène de la contrefaçon, contre lequel il faut lutter pour sauver des vies », a-t-il dit.

Le même point de vue est partagé par Fayçal Douadi, directeur général de Douadi Automotive, qui a souligné que cette industrie doit être « placée dans un cadre bien précis, et pour le reste, nous assumons nos responsabilités vis-à-vis de nos clients en termes de qualité ». Sur l’importance de la filière de la pièce de rechange, Douadi estime que « sans la réorganisation du secteur de la pièce de rechange, il y aura toute une partie de l’économie qui sera en panne».

De son côté, le président de l’Association des opérateurs économiques (AOE), Hichem Bouzid, a saisi l’opportunité du salon pour faire part de la création, il y a un an à Oran, d’une  association visant à protéger le métier des importateurs des pièces de rechanges, la protection des professionnels étant l’une des conditions permettant de mettre les bases d’une réelle industrie en Algérie.

Le salon Equip Auto Algeria 2018 réunit 280 exposants dont 210 étrangers. Selon le commissaire général du salon, Nabil Bey-Boumezrag, 15% des participants sont des opérateurs algériens, 12% des fabricants étrangers implantés en Algérie, au moment où le reste des participants est formé de professionnels venus de différents pays dont, entre autres, l’Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la France, l’Inde, l’Italie, le Portugal, le Royaume Uni, la Serbie, la Tunisie.

 

Facebook
Twitter