M A G H R E B

E M E R G E N T

Actualités

Les ministres africains des finances appellent le FMI à s’adapter au XXIème siècle

Par Maghreb Émergent
avril 28, 2023
Les ministres africains des finances appellent le FMI à s’adapter au XXIème siècle

Les ministres africains des Finances, de la planification et du développement économique ont appelé à des réformes visant à renforcer le modèle de fonctionnement, les instruments de prêt et la structure de gouvernance du Fonds monétaire international afin de faire face de façon plus efficace aux chocs exogènes mondiaux tels que la pandémie de COVID-19, la guerre en Ukraine et la crise climatique en cours.

L’appel aux réformes a été lancé lors d’une réunion du Groupe de travail africain de haut niveau sur l’architecture financière mondiale en marge des réunions de printemps de 2023 organisées par le Groupe de la Banque mondiale (GBM) et le Fonds monétaire international (FMI) qui se tiennent à Washington D.C.

Le Groupe de travail de haut niveau, coordonné par la Commission économique pour l’Afrique (CEA), comprend les ministres africains des finances, de la planification et du développement économique, l’Union africaine, la Banque africaine de développement, Afreximbank et la Banque mondiale, avec la participation du personnel et des directeurs exécutifs du FMI. Le Groupe sert de forum pour élaborer des propositions de réforme de l’architecture financière mondiale et renforcer la voix africaine sur la scène mondiale.

La Secrétaire exécutive adjointe et Économiste en chef de la CEA, Mme Hanan Morsy, a souligné la nécessité de défendre « des demandes concrètes et réalisables qui peuvent être rapidement mises en œuvre tout en dénonçant les déséquilibres structurels qui nécessitent une approche de réforme à plus long terme ».

Assurer la disponibilité des prêts

Les ministres se sont dit profondément préoccupés par le manque de ressources du Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (PRGT) du FMI, qui accorde des prêts concessionnels aux Pays à faible revenu. Ils ont appelé à une action immédiate pour augmenter les promesses de financement du PRGT afin d’en assurer sa durabilité à long terme. En outre, des appels ont été lancés pour mettre fin au remboursement des frais administratifs du PRGT et pour vendre une partie des réserves d’or du FMI à moyen terme afin d’accroître la disponibilité des financements.

Les ministres ont souligné la nécessité de revoir les limites d’accès à mesure que les ressources deviennent disponibles. Plus précisément, ils ont demandé une augmentation de la limite d’accès annuelle du PRGT à 200 % du quota et de la limite d’accès cumulée à 600 % du quota - conformément aux augmentations récemment convenues pour les limites d’accès au Compte des ressources générales (GRA).

Le Groupe a également noté la forte utilisation des facilités de prêt d’urgence du FMI - la Facilité de crédit rapide (RCF) et l’Instrument de financement rapide (RFI) - par les pays qui répondent à la pandémie de COVID-19. Le doublement temporaire des limites d’accès annuelles à ces facilités, d’avril 2020 à décembre 2021, a libéré d’importantes sommes de liquidités. Dans le contexte des multiples crises actuelles, les ministres ont exhorté le FMI à relever les limites d’accès annuelles du RCF et du RFI de 50 % à 100 % de la quote-part tout en maintenant les limites d’accès cumulées plus élevées, soit à 150 % de la quote-part jusqu’à au moins la fin de 2024.

Améliorer les conditions de prêt

Des prêts à faible taux d’intérêt et à longue échéance sont nécessaires compte tenu des besoins importants d’investissement à long terme des pays pour atteindre les ODD et lutter contre le changement climatique. Le Groupe a reconnu l’importance du Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité du FMI afin de fournir un financement à plus long terme. Cependant, les hausses des taux d’intérêt dans le monde ont entraîné une augmentation du taux d’intérêt du DTS, ce qui a entraîné une augmentation des frais d’intérêt sur les prêts du FMI accessibles par l’intermédiaire du RST. Le Groupe a demandé le plafonnement du taux d’intérêt du DTS dans le cadre du RST, en particulier pour les pays à faible revenu, et la mobilisation de ressources supplémentaires pour le RST.

Le Groupe a également exprimé ses inquiétudes quant aux surtaxes du FMI, qui sont des paiements d’intérêts supplémentaires dus sur d’importants prêts GRA en cours. Un certain nombre de pays africains subissent des surtaxes alors qu’ils sont confrontés à des conditions économiques difficiles dans un contexte de chocs mondiaux ; les ministres ont donc demandé la suspension ou la suppression des surtaxes pendant deux à trois ans.

Remédier aux déséquilibres systémiques

Les ministres ont souligné l’importance de remédier aux déséquilibres des quotas. Ils ont noté que la formule actuelle des quotes-parts du FMI entraîne une sous-allocation des quotes-parts aux pays à revenu faible et intermédiaire, réduisant ainsi leur représentation dans la prise de décision et affaiblissant l’efficacité du système de DTS. Par exemple, malgré une population de plus de 1,4 milliard d’habitants, le quota de l’Afrique est inférieur à celui de l’Allemagne, qui ne compte que 83 millions d’habitants. Les ministres ont ainsi appelé à une réforme de la formule des quotas, y compris de la réduction du poids accordé aux catégories actuelles de la formule « ouverture » et « réserves » et de l’inclusion d’une nouvelle catégorie qui saisisse « l’exposition » ou la « vulnérabilité ». La révision des quotes-parts du FMI en 2023 offre l’occasion de remédier à ces déséquilibres.

Les ministres ont également exhorté le FMI à étendre son travail en matière de plaidoyer et de politique sur les déséquilibres mondiaux, notamment en préconisant des ajustements politiques dans les pays ayant un excédent de compte courant et en renforçant les déséquilibres mondiaux, notamment en plaidant pour des ajustements politiques dans les pays ayant un excédent de compte courant et en renforçant les directives de Gestion des flux de capitaux/mesures macroprudentielles (CFM / MPM) pour les pays déficitaires. Une analyse plus approfondie serait utile sur l’application potentielle d’une redevance d’accès au marché, d’une taxe Tobin ou d’autres mesures correctives fiscales pour freiner les échanges transfrontaliers improductifs.

Appel à l’action

Les ministres ont souligné qu’il est important que 2023 soit une année d’action tout en mettant en avant les nombreuses bonnes idées qui existent mais qui doivent être mises en œuvre. Ils ont mentionné les évènements à venir, notamment le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial en juin, le Sommet sur l’action climatique, le Sommet sur l’ambition climatique et le Sommet sur les ODD en septembre, comme des opportunités cruciales pour parvenir collectivement au changement et construire un avenir durable et prospère pour L’Afrique et le monde.

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités

Sonatrach et Naturgy en passe de conclure un nouveau contrat gazier

Selon plusieurs médias espagnols, la compagnie nationale algérienne des hydrocarbures Sonatrach et l’entreprise espagnole Naturgy seraient sur le point de finaliser un nouveau contrat gazier. Les négociations entre les deux… Lire Plus

Actualités

Algérie : Le secteur public domine l’assurance dommages

Le secteur public continue de se tailler la part du lion des assurances dommages en Algérie. La part du secteur privé demeure faible malgré les efforts des assureurs privés. La… Lire Plus

Actualités

Bejaia : Tous les départs de feux sont éteints

Les efforts conjugués des agents de la Protection civile et des forêts, de la gendarmerie, de l’ANP et des citoyens ont permis l’extinction de tous les départs de feux enregistrés… Lire Plus

Actualités

Canicule : plusieurs incendies enregistrés en l’espace de 24h

La protection civile (PC) algérienne a maitrisé 26 incendies en l’espace de 24 heures dans plusieurs wilayas du pays. Selon la PC, les wilayas concernées sont principalement au centre et… Lire Plus

Actualités Energie

L’Algérie sur le point de se brancher à l’Europe par un câble sous-marin pour exporter son électricité

L’Algérie s’apprête à franchir une étape décisive dans sa stratégie énergétique en lançant un projet ambitieux de câble électrique sous-marin reliant le pays au continent européen. Cette initiative, annoncée dimanche… Lire Plus