La Chine va construire à Rabat la plus haute tour d’affaires en Afrique - Maghreb Emergent

La Chine va construire à Rabat la plus haute tour d’affaires en Afrique

Facebook
Twitter

                                       

 

Si en Algérie, les géants chinois de la construction ont déjà raflé beaucoup de grands projets (autoroute Est-Ouest, barrages, ports, grande mosquée d’Alger), ils commencent à s’installer au Maroc, qui, lui aussi voit aussi grand que son voisin de l’est.

 

La Chine va construire au Maroc la plus haute tour d’Afrique pour quelque 315 millions d’euros. Cet autre projet ”pharaonique” régional, après la future grande mosquée d’Alger (270 m de hauteur) qui devrait être réceptionné en 2020, devrait, à la fin des travaux, mettre la touche finale à un immense projet culturel, baptisé ”Rabat Ville Lumière, Capitale marocaine de la Culture”.

Lancée en 2016 par le géant chinois de la construction China Railway Construction Corp (CRCC) et l’entreprise de construction marocaine The General Construction Company de Casablanca (TGCC), cette tour culminera à 250 mètres, 20 mètres de moins que la mosquée d’Alger, également construite par le Chinois CRCC. Mais ce sera le plus grand édifice d’Afrique dédié aux loisirs et au business, devant le Carlton Center de Johannesburg. 

 

Dépasser la Tour Hassan ?

 

La future tour de Rabat va abriter des centres d’affaires, des centres commerciaux, des magasins de luxe, un grand hôtel, outre les projets du Grand Théâtre de Rabat, la Maison des Arts et de la Culture, les Archives nationales du Royaume du Maroc, un Musée archéologique, un cinéma multiplex ou encore une galerie de sculptures.

La future tour moderne de Rabat va éclipser la Tour Hassan (44,3 m), un édifice du 12ème siècle inachevé, qui comprend un grand minaret et une mosquée. C’est le sultan de Yacoub El Mansour, durant le règne des Almohades, qui avait projeté alors de construire la plus grande mosquée du monde, après celle de Samarra, en Irak. La tour devait avoir une hauteur, à cette époque, de 60 mètres, mais le projet fut abandonné en 1199 après la mort du sultan Yacoub El Mansour. La construction ne fut jamais achevée, et son esplanade sert de nos jours de site touristique, abritant les mausolées des derniers souverains marocains, le sultan Sidi Mohamed Ben Youcef (Mohamed V) et ses fils, le prince Moulay Abdallah et le roi Hassan II.

Facebook
Twitter