Patronat : la CAPC signe une convention avec l'Institut algérien de normalisation IANOR - Maghreb Emergent

Patronat : la CAPC signe une convention avec l’Institut algérien de normalisation IANOR

Facebook
Twitter

Dans l’objectif de promouvoir l’entreprise algérienne et l’accompagner dans sa quête de positionnement sur le marché internationale, en se basant sur les services normatifs, une convention-cadre de partenariat a été signée, dimanche à Alger, entre la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC) et l’Institut algérien de normalisation (IANOR).

Cette convention, paraphée par le président de la CAPC, Mohamed Sami Agli et le directeur général de l’IANOR, Djamel Hales, ambitionne de sensibiliser davantage les entreprises et les convaincre du bien-fondé de la normalisation pour une meilleure visibilité aussi bien au niveau local qu’internationale.

Selon le président de la CAPC, cet accord vise à mettre à la disposition des entreprises une série de services normatifs, tels que l’acquisition des normes, la veille normative, la formation, l’accompagnement à la mise en place des systèmes de management et la certification des produits de services.

De son côté, le directeur général de l’IANOR a relevé les avantages de la normalisation dans la réduction des coûts pour les entreprises dans certains aspects de la gestion et la production, et sa contribution à la croissance économique.

Selon lui, la norme constitue « un langage commun » des entreprises versées dans la même activité, assurant notamment le transfert de technologie et l’accès aux marchés.

Le directeur a indiqué qu’une des missions de l’IANOR est d’accompagner les entreprises à accéder aux référents et les aider à les appliquer.

En chiffres, M. Hales a souligné que l’IANOR détient un fonds documentaire de 11.000 normalisations dans les différentes activités et domaines, compte 72 comités techniques de normalisation et participe à toutes les instances internationales de normalisation.

Sous ce chapitre, le directeur général de l’IANOR a assuré que l’institut est membre dans 73 comités techniques à l’international de l’ISO, appelant les opérateurs économiques « à défendre l’entreprise algérienne » en intégrant ces comités et faire valoir le produit algérien et l’imposer sur les marchés internationaux.

Facebook
Twitter