Ressources en eau en Algérie : quand stress hydrique et gaspillage font bon ménage - Maghreb Emergent

Ressources en eau en Algérie : quand stress hydrique et gaspillage font bon ménage

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

La crise sans précédent que traverse le pays en matière de ressources en eau plante les jalons d’une nouvelle réflexion urgente autour de l’utilisation de cet élément de la vie, avec en ligne de mire le recours au dessalement d’eau de mer comme alternative première à l’eau pluviale.

Invité au Forum de la Radio algérienne, Le ministre des Ressources en eau, Mustapha Kamel Mihoubi a expliqué lundi à Alger que le taux de gaspillage d’eau durant l’année en cours avait atteint 45%. Un constat qui amène le ministre à envisager la mise en place rapide d’un plan ad-hoc pour lutter contre les fuites et les branchements illégaux au réseau d’eau.

M. Mihoubi a expliqué qu’un programme a été mis en place à cet effet en coordination avec la Société des Eaux et de l’Assainissement d’Alger et l’Office National de l’assainissement (ONA) visant à recourir à 440 petites et moyennes entreprises pour remédier aux fuites, mettre en place des compteurs et réhabiliter les réseaux ainsi que la gestion technique et technologique.

La mise en œuvre de ce programme se fait en coopération avec les départements ministériels des petites et moyennes entreprises et des start-up.

Le secteur œuvre à « promulguer des textes législatifs relatifs aux infractions de branchement illégal aux réseaux de distribution dans le cadre de la nouvelle loi sur l’eau devant réduire ces infractions d’une part, et la régularisation des situations qui peuvent être régularisées par la mise en place de compteurs et le paiement des factures, d’autre part», a précisé le ministre.

Dans le même cadre, M. Mihoubi a fait observer que les précipitations en Algérie sont en diminution graduelle depuis vingt ans, d’où l’impératif pour le pays de mettre en œuvre une stratégie d’économie d’eau portant des changements à plusieurs niveaux, dont le comportement des consommateurs.

A ce propos, le ministre a évoqué le projet de charte de l’économie de l’eau, qui a été récemment soumis à différents départements ministériels pour enrichissement.

Affirmant que l’alternative consiste en l’exploitation des stations de dessalement de l’eau de mer, le même responsable a proposé de mettre ne place une société algérienne expérimentée pour la réalisation de stations en vue d’éviter la dépendance en la matière et ce, en coopération avec les petites entreprises qui veilleront à la fabrication des équipements et des filtres pour l’épuration des eaux.

Il a rappelé que le secteur œuvrait à augmenter le nombre des stations de dessalement à 20 stations vers 2030 dans l’objectif de remplacer les eaux des barrages qui seront destinées à l’agriculture.

Le nombre actuel de stations de dessalement de l’eau de mer est de 11 stations dont 10 en service avec une production de 2 millions m3/jour.

Selon M. Mihoubi, ces stations alimentent les villes côtières sur une profondeur de 100km y compris les villes de l’intérieur (plus de 20 wilayas).

Cela permet parallèlement au transfert des eaux du Sud vers les Hauts Plateaux, d’atteindre une  » complémentarité » entre les structures de production d’eau, un dossier qui fait l’objet d’une « étude globale », précise-t-il.

Concernant le problème de régularité en matière d’alimentation en eau potable, le ministre a fait état de l’augmentation du nombre des équipes œuvrant à la limitation des coupures et à la préservation des ressources.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que cinq nouveaux barrages étaient en cours de réalisation et 20 autres en cours d’étude outre des projets de liaison entre les barrages dont le projet du barrage « Kef Eddir », dont

l’appel d’offre pour la réalisation du transfert de ses eaux sera lancé la semaine prochaine ce qui permettra d’alimenter en eau plus de 12 communes dans la wilaya de Tipasa.

Le système de barrage comprend 29 transferts dérivant les eaux des barrages qui ont un excédent vers ceux déficients par des opérations de pompage.

Décret exécutif pour l’allègement des procédures administratives relatives au forage de puits

Concernant le manque de stations d’épuration dans le Sud du pays, le ministre a fait savoir qu’en dépit du déploiement de 147 stations, des problèmes techniques ont été enregistrés dans ces régions, notamment en ce qui concerne la nature du terrain, ajoutant que des efforts sont déployés pour trouver des solutions techniques à ces problèmes.

En coordination avec des universités algérienne, les wilayas du Sud ont bénéficié de la mise en place d’un système de métrologie et de gestion à distance, ce qui permettra de contrôler à distance et en temps réel les réseaux de distribution et les programmes de réaménagement et de réhabilitation, a-t-il poursuivi.

Concernant les zones d’ombre, M. Mihoubi a fait savoir que 913 communes avaient bénéficié de projets de raccordement aux réseaux d’eau potable, faisant état de la programmation de 3.010 projets au total, d’une enveloppe de 36 Mds Da.

S’agissant du recouvrement des factures d’eau, le ministre a affirmé que la pandémie de covid-19 avait affecté de manière sensible les taux de recouvrement dans nombre de wilayas, lesquels restent « faibles » ce qui a entrainé des difficultés financières pour les entreprises du secteur, faisant état d’une action en coordination avec le ministère des finances afin de résoudre ce problème notamment en effectuant un changement structurel pour certaines entreprises du secteur.

Répondant à une question sur les demandes de forage de puits, M. Mihoubi a relevé l’existence d’un décret exécutif en cours d’examen relatif à l’allègement des procédures administratives au profit des demandeurs, ajoutant que ce décret est régi par des études techniques sous la supervision de l’Agence Nationale des Ressources Hydrauliques (ANRH) afin d’éviter toute exploitation excessive.

Concernant la possibilité pour les complexes touristiques de thalassothérapie de recourir directement l’eau de mer pour couvrir leurs besoins en dehors de l’eau potable et la rationalisation de l’approvisionnement des zones industrielles en eau, le ministre a fait état d' »une réflexion en cours concernant les moyens à exploiter pour préserver les ressources ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter