Salon de l’automobile d’Alger : des prix et des pubs qui peuvent mentir - Maghreb Emergent

Salon de l’automobile d’Alger : des prix et des pubs qui peuvent mentir

Salon auto
Facebook
Twitter

 Salon auto

Les visiteurs du Salon international de l’automobile d’Alger ont souvent du mal à obtenir une idée claire sur les offres notamment s’agissant du prix et du service après-vente, ce qui les pousse à faire le tour des stands avant de décider de l’achat de la voiture.

 

 

L’une des difficultés est celle de déterminer le prix de vente. Sur les affiches disposées près du véhicule, il y a le prix du modèle exposé mais sans les taxes et le client découvre qu’il y a un second prix avec la réduction consentie lors du Salon.  Encore faut-il savoir que le prix indiqué ne concerne que le prix de base et qu’il faut encore ajouter parfois jusqu’à 200.000 dinars pour obtenir les différentes options. Ces calculs font en sorte que le client n’a presque jamais une information claire et certains se demandent même s’il ne faut pas se présenter avec une calculette pour avoir le vrai prix.  Partout dans les stands du Salon, les affiches invitent les visiteurs à profiter des réductions allant jusqu’à 350.000 dinars. Il y a même des compagnies dont les employés utilisent des mégaphones pour faire la promotion de ces réductions.

 Les prix, la marque, la couleur…

 Approchée, une chargée de clientèle d’une marque européenne souligne que le premier critère de choix du véhicule demeure le prix ce qui explique, selon elle, cette tendance à axer les thèmes de communication sur cet élément. Du côté des clients, en plus du prix, les critères de choix sont basés sur l’origine du constructeur et le pays de construction du modèle proposé. Mais d’autres détails peuvent être déterminants, ont indiqué certains d’entre eux. Des clients potentiels interrogés mettent l’accent aussi bien sur la couleur du véhicule, la disponibilité et le prix de la pièce détachée ainsi que l’existence des ateliers de réparation. Et de ce côté, les clients affirment qu’ils ne sont pas toujours satisfaits et que la qualité de service laisse parfois à désirer. Les concessionnaires affirment être attentifs à cette question et qu’ils font des efforts pour ouvrir un grand nombre de bureaux à travers de nombreuses wilayas du pays afin de réduire les déplacements des automobilistes pour accéder au service sollicité.

 Clauses défavorables

 Les responsables de stands interrogés indiquent qu’ils prennent en charge les demandes des clients mais qu’ils ne sont pas nécessairement informés des cas d’insatisfaction car cela relève selon eux, de la compétence d’autres services. Interrogé par l’APS, Mustapha Zebdi, président de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE) note que les plaintes de consommateurs les plus courantes ont trait à la publicité mensongère et aux clauses défavorables aux clients contenues dans le bon de commande. Les citoyens viennent de régions lointaines mais ne trouvent pas le modèle proposé à travers les placards publicitaires “ce qui les pénalise énormément”, relève-t-il. Les clients s’attendent pourtant à ce que leur véhicule leur soit livré durant le salon. C’est effectivement ce que certains concessionnaires proposent alors que d’autres promettent la livraison dans la demi-heure qui suit le paiement en cash de la totalité du prix.

Facebook
Twitter