Salon Educteck : les startups exposent leurs solutions technologiques dédiées à l'enseignement

Salon Educteck : les startups exposent leurs solutions technologiques dédiées à l'enseignement

Le salon de l’éducation et des technologies de la connaissance (Educteck) a ouvert ses portes au public ce mardi 25 octobre au palais des expositions (Safex) à Alger. C’est une première en Algérie dans un contexte où le système éducatif connait des turbulences en continu.

Avec une participation de plus d’une vingtaine d’entreprises et Startups spécialisées dans l’Ed-tech (technologie de l’éducation), son organisation intervient quelques semaines après l’adoption de la langue anglaise au 3ᵉ année primaire et le lancement, par le ministère de l’Éducation nationale, d’un projet pilote de numérisation de manuels et programmes scolaires, et la distribution, dans quelques classes du pays, des tablettes, qui pourront, selon les autorités, remplacer le cartable dans le futur.

Interrogé par Maghreb Émergent, le président du Groupement Algérien des Acteurs du Numérique (GAAN), Tadjeddine Bachir, a estimé qu’en Algérie, on trouve tout ce qu’il faut pour développer l’Ed-tech (technologie de l’éducation), « on a des fournisseurs de solutions E-learning, de contenus éducatifs et des équipements pédagogiques ». « A travers ce salon, dont le GAAN est partenaire, nous essayons de discuter avec ces acteurs pour faire prospérer ces entreprises, d’abord économiquement, ensuite pour que la formation et l’éducation changent, comme c’est le cas partout dans le monde » insiste-t-il.

Tout en affirmant que le changement et le développement sont inévitables, Tadjeddine Bachir estime que « la formation et l’éducation du futur ne sera pas celle d’aujourd’hui, ni les classes, ni les élèves de demain ne seront comme ceux d’aujourd’hui, même les enseignants de demain, ne feront pas ce qu’ils font aujourd’hui ».

L’adaptation des contenus éducatifs aux nouvelles innovations technologiques serait-elle une utopie pour le système éducatif algérien ? les participants au salon Educteck sont plutôt optimistes. La preuve, c’est l’adoption rapide de l’éducation et les études à distance durant la pandémie de la Covid-19 en 2020 et 2021.

Pour Kader Mimouni, Fondateur de la startup Rackademy, spécialisé dans le développement des plateformes E-learning et classe virtuelles, « il ne faut pas confondre entre E-learning et enseignement en distancielle. Notre approche, c’est le tout digital. C’est-à-dire, même la méthode d’enseignement change.Il ne suffit pas seulement de filmer et diffuser les cours en ligne, mais c’est l’utilisation des TBI (Tableau blanc interactif), des tablettes et des outils adaptés ».

l’adoption, comme projet pilote, des tablettes dans les classes du primaire, a été largement critiquée sur les réseaux sociaux et même par certains syndicats ont considéré que la priorité doit être donnée au renouvellement des contenus pédagogiques et à l’adaptation des cours au développement actuel.

En plus des continus adaptés, Omar Ali Yahia, co-fondateur de la plateforme E-learning Beeform, trouve que c’est le moment de mettre en avant et rassembler les contenus développés en Algérie dans des plateformes locales. Celle-ci devraient assurer une valeur ajoutée intellectuelle immédiate, mais aussi assurer la pérennité des entreprises, notamment à travers des offres d’abonnements qui sont à la portée de tous. Au cas contraire, les contenus diffusés sur les plateformes mondiale, telles que Youtube et les autres réseaux sociaux, permettra de les enrichir davantage.

Au coté des institutions et établissement publics présent au salon Educteck, des startups ont exposé leurs plateformes d’enseignement et d’éducation à distance. On trouve également des développeurs de solutions technologiques basées sur l’intelligence artificielle et l’internet des objets, mais aussi des développeurs de contenus pédagogiques et professionnels.

Intervenant lors de l’inauguration, le ministre de l’Économie de la connaissance et des Start-up, Yacine Oualid a déclaré que cette première édition du salon Educteck permettra de rassembler les acteurs de l’e-learning et nous voulons écouter les préoccupations des entreprises présentes et les aider pour développer leur solution sur le marché algérien et pourquoi pas, pouvoir exporter leurs produits à l’international.