Selon une enquête internationale de presse : Plus de 600 Algériens possèdent du patrimoine douteux à Dubaï - Maghreb Emergent

Selon une enquête internationale de presse : Plus de 600 Algériens possèdent du patrimoine douteux à Dubaï

Facebook
Twitter

Appelée « Dubai Unlocked », une enquête internationale de presse, dont les données ont été obtenues par le Center for Advanced Defence Studies (C4ADS), vient de révéler l’ampleur du patrimoine immobilier de plusieurs personnalités algériennes et de leurs proches à Dubaï. Une fuite de données a permis à plusieurs médias, dont le média algérien Twala Info, de connaître l’identité des propriétaires ou des occupants de propriétés situées dans l’émirat.

L’enquête, dont les documents ont été partagés avec le média algérien Twala Info, révèle que 644 Algériens possèdent à Dubaï, jusqu’à 2022, pas moins de 972 biens d’une valeur estimée à 620 millions de dollars américains.

Ces personnes ont placé dans l’immobilier du petit émirat leurs millions d’origines douteuses, mais sur lesquels Dubaï semble fermer les yeux. Il s’agit de propriétés luxueuses et d’appartements de grand standing dans des gratte-ciel.

Parmi les Algériens cités, on retrouve un ancien ministre, un patron de presse, des hommes d’affaires, des membres de familles de hauts responsables et des noms du monde du sport, selon Twala.

Ministre de l’Industrie de 2014 à 2017 et conseiller spécial de l’ex Chef d’Etat Abdelaziz Bouteflika, Abdeslam Bouchouareb réfugié a Dubai en 2022 est cité dans les révélations en question.

L’ancien ministre condamné en contumace à plusieurs reprises par la justice algérienne a été déjà cité dans « Les Panama Papers » en 2016. L’enquête avait révélé son compte suisse domicilié à Genève dans une banque émiratie, la NBAD Private Bank.

Dans la nouvelle enquête, on apprend que l’ex-responsable algérien possède un appartement de 100, 27 mètres carrés dont la valeur avait été estimée à 736,700 dollars.

Nacim Ould Kadour, le fils de l’ancien PDG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kadour, utilise, selon les révélations, son adresse émiratie pour domicilier ses sociétés créées dans les paradis fiscaux. Son épouse Amal Yala Ould Kadour est également citée. Elle possède un appartement de 167 mètres carrés d’une valeur estimée à 639,300 dollars.

Le patron de presse, incarcéré, Mohamed Mokadem, alias Anis Rahmani, possède quant à lui, deux studios à Dubaï d’une superficie de 30, 18 et 28,28 mètres carrés, d’une valeur de 113 900 et 69 300 dollars respectivement en 2020.

De son côté, la fille du général Betchine, Nadjet Betchine est copropriétaire d’un appartement de 108,92 mètres carrés d’une valeur de 294,900 dollars avec son époux Ghalib Djebbour.

Cité déjà dans « Les Panama Papers », l’homme d’affaires, l’un des patrons du groupe Condor, Omar Benhamadi, est cité cette fois encore par Dubai Unlocked, avec en sa possession plusieurs biens immobiliers à Dubai estimés à plusieurs millions de dollars.

Des personnalités du monde du sport font aussi partie du lot : c’est le cas de l’ancien président de la FAF, Charaf Eddine Amara, actuel PDG de l’entreprise publique « Madar ». Il détient un appartement de 78,88 mètres carrés à Burj Khalifa d’une valeur de 427,500 dollars.

Il faut rappeler que la loi algérienne interdit à quiconque de se constituer des avoirs matériaux, financiers et immobiliers à l’étranger, à partir d’activités en Algérie.

Facebook
Twitter