Télécom : Huawei, ZTE et Ericsson invités à investir dans le stockage des données en Algérie

Télécom : Huawei, ZTE et Ericsson invités à investir dans le stockage des données en Algérie

Le ministre de la Poster et des télécommunication, Ibrahim Bouzar a invité les géants des télécoms présent en Algérie, en l’occurrence; Huawei, ZTE et Ericsson, à renforcer leurs investissements en Algérie, notamment dans la construction des centres de stockage des données (Datacenters).

Les délégations des trois groupes télécoms, ont été reçus par le ministre, selon un communiqué du même ministère. Le ministre a souligné, lors de cette rencontre, que l’investissement dans ce domaine vise à « accompagner l’Algérie dans sa stratégie d’émergence en tant que hub régional ». Une stratégie qui se réalisera grâce « à d’importantes infrastructures de terrain, notamment en ce qui concerne le réseau de fibre optique », précise le communiqué du ministère.

Il est à noter que l’Algérie accuse un retard considérable en infrastructures de stockage de données. Peu de dataceters existent dans le pays, qu ce soit public ou privé. Même ceux qui existent ont des capacités limités. plusieurs experts et investisseurs ont justifié, précédemment, ce manque en infrastructures de stockage « aux procédures draconiennes et hyper compliquée pour obtenir des autorisations à investir dans ce domaine ».

Un besoin urgent

La réunion de travail entre le ministre de la poste et des télécommunications « a porté sur la discussion des voies et moyens pour inciter les investisseurs à accroître leurs investissements à valeur ajoutée dans les domaines du renforcement des infrastructures, de la formation des ressources humaines et du transfert d’expertise », souligne le communiqué ministère.

Il a été question également d’améliorer « les performances, les capacités et la modernisation des réseaux de communications électroniques, notamment en ce qui concerne la couverture de la téléphonie mobile et la connectivité Internet ». Mais aussi accompagner les investisseurs nationaux dans la transition vers un nouveau modèle économique, qui va au-delà de l’approche étroite basée sur le marketing voix et données, vers un modèle innovant qui favorise la production de services modernes à haute valeur ajoutée, notamment en matière de développement de contenus algériens », conclu le communiqué.