M A G H R E B

E M E R G E N T

Tunisie

Tunisie- Déclin prononcé des touristes français, le gouvernement tente le rattrapage

Par Yazid Ferhat
juillet 6, 2014
Tunisie- Déclin prononcé des touristes français, le gouvernement tente le rattrapage

[caption id="attachment_3497" align="alignnone" width=""]Le tourisme français en Tunisie est en baisse depuis la révolution de 2011[/caption]

Un commerçant de Sidi Bou Saïd, au nord-est de Tunis, accuse les médias français de véhiculer une mauvaise image de son pays aux citoyens français.

 

Sur les six premiers mois de l'année en cours, le tourisme français en Tunisie est en baisse de 7% par rapport à la même période l'an dernier et de 40% par rapport aux chiffres recueillis en 2010 (avant la révolution), a rapporté la chaine de radio française RTL. Dans un hôtel de Djerba (sud-est de la Tunisie), 95% de la clientèle est d’origine italienne, selon le reporter de la radio française. Pour lui, ce chiffre ne suffit pas à remplacer les français qui représentent le premier marché en Tunisie. A priori, l’aspect sécuritaire est la principale raison de ce déclin des touristes français. Une raison récusée par les tunisiens. Un commerçant de Sidi Bou Saïd (20 KMS au nord-est de Tunis), interrogé par le journaliste, charge les médias français qu’il accuse de donner une mauvaise image de son pays aux citoyens français en s’attardant trop sur l’insécurité qui régnerait en Tunisie, dans le tumulte de la révolution post-2011. A juste titre, le reporter de RTL fait remarquer qu’aucun touriste français et/ou étranger n’a été blessé durant la révolution. Pour Mohamed Toumi, président des agences de voyage tunisiennes « les tours opérateurs ont choisi durant la révolution d’investir ailleurs en mettant le cap sur d’autres destinations, à l’instar des Baléares, les Îles Canaries ou encore l’Espagne. Un investisseur tunisien en thalassothérapie confirme la baisse d’affluence de la clientèle française. « Il y a quelques années, on enregistrait ici une clientèle 100% française. Malheureusement aujourd’hui, nous n’en comptons que 15%. C’est une clientèle qui vient spécifiquement pour la thalassothérapie. Il s’agit de touristes à la recherche du luxe et qui veulent être bien servis », précise-t-il.  

Plus de 6 millions de touristes attendus

Du côté des officiels tunisiens, le ton est à l’optimisme. En effet,  la ministre du Tourisme Amel Karboul a déclaré au début du mois de juillet que les prévisions des réservations de l’actuelle saison sont de 6.4 millions de touristes. Pour y parvenir, des actions sont prévues à l’endroit des touristes. Des aménagements ont été réalisés en vue d'améliorer les procédures douanières et administratives au sein de l'aéroport international Tunis Carthage. Pour la ministre, il s’agit de l'amélioration de la capacité de réception des voyageurs au sein de l'espace de contrôle des bagages, de la création d'un espace réservé au passage des voyageurs de business class, du réaménagement du lounge Vip (salon d'honneur) de Tunisair et du box de l'Office national du tourisme tunisien (ONTT), outre l'amélioration du contrôle du bagage à main.

Mise à niveau du port de Sidi Bou Saïd

Les autorités de Tunisie ont entamé un certain nombre d’autres chantiers pour assurer un meilleur accueil aux touristes étrangers. Ainsi, le port de plaisance de Sidi Bou Saïd vient de faire l'objet d'un  plan de mise en valeur et de réhabilitation qui tend à lui conférer une nouvelle configuration digne de son emplacement et de sa notoriété au sein du Bassin Méditerranéen. Selon le ministère tunisien du tourisme, ce plan de réhabilitation devrait commencer par une opération de dragage, action qui doit être assurée tous les six ans et qui a nécessité un investissement d’un million de dinars. Le port qui s’étend sur plus de 2,5 hectares a reçu en 2010 entre 500 et 600 bateaux. En 2013, il n’en a reçu que 220. Aujourd’hui, 30% du port n’est pas exploitable et 60% de la capacité d’exploitation des bateaux est bloqué.