Said Boudour, au milieu

Le verdict de l’affaire du journaliste Said Boudour et du lanceur d’alerte Noureddine Tounsi, qui devait initialement être prononcé ce mardi, a été renvoyé au mardi 24 novembre 2020, par le tribunal d’Oran, a indiqué l’avocat du journaliste Ahmed Mebrek.

Said Boudour et Noureddine Tounsi, ont été jugés par contumace le 27 octobre passé. Le procureur de la République avait requis une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 100 000 Da contre eux. Le juge avait refusé l’extraction de Tounsi de son lieu de détention, ce qui a été jugé par ses avocats comme « arbitraire judiciaire ».

Le journaliste est poursuivi pour « diffamation et atteinte à corps constitué », les faits relatifs à ces deux accusations sont des publications sur Facebook. Il est aussi poursuivi avec Tounsi pour « tentative de menace », un « dossier vide » affirme les avocats !   

Le journaliste Said Boudour avait été arrêté le 6 octobre de l’année dernière. Le 17 octobre 2019, il a été remis en liberté provisoire après sa comparution devant le juge d’instruction. Puis, le procureur de la république fait appel, et le chambre d’accusation a ordonné son placement sous mandat de dépôt le 29 octobre.

Il faut noter que le journaliste Boudour avait fait l’objet d’une poursuite judiciaire par le tribunal de Sidi M’hamed en juin 2018 après avoir diffusé des informations relatives à l’affaire des 701 kilogrammes de cocaïne saisis à Oran.

Rappelons que Noureddine Tounsi est en détention provisoire, depuis le 23 septembre dernier, dans le cadre d’une deuxième affaire dans laquelle il est poursuivi pour « intelligence avec l’étranger, divulgation de secrets professionnels et outrage et violence à fonctionnaires et institutions de l’Etat ».

 584 total views,  5 views today