M A G H R E B

E M E R G E N T

Algérie

Algérie- Le gouvernement tente une « réorganisation » des importations avec beaucoup de risques à la clé

Par Yazid Ferhat
mars 21, 2017
Algérie- Le gouvernement tente une « réorganisation » des importations avec beaucoup de risques à la clé

La gestion administrative du commerce extérieur gagne du terrain. Le ministre du Commerce par intérim  M .Tebboune annonce vouloir  « réorganiser » complètement les importations du pays. Avec beaucoup de risques à la clé. 

 

 

Les résultats du commerce extérieur pour les 2 premiers mois de 2107 apportent  à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle c’est la réduction du déficit commercial. Elles est sensible : Le déficit  a atteint 1,7 milliard de dollars   sur les deux premiers mois de 2017,  contre 3,7 milliards  sur la même période de 2016, soit une baisse de l`ordre de  2 milliards de dollars correspondant à un recul de 55%  entre les deux périodes.

La mauvaise nouvelle c’est que cette réduction de plus de moitié du déficit commercial au cours des 2 premiers mois de l’année en cours est imputable presque intégralement au redressement des cours pétroliers. Grâce à l’augmentation du prix du baril, qui a dépassé les 54 dollars en janvier-février, les exportations d’hydrocarbures ont  représenté 92,4% du total des exportations et ont atteint 5,6 milliards de dollars  contre 3,7 milliards  à la même  période de 2016.

Un niveau d’importation incompressible ?

Les importations en revanche sont totalement stabilisées depuis le début de l’année 2017 et donnent ainsi l’impression de buter  sur une sorte de plancher incompressible dont le niveau se situerait actuellement autours de 45 milliards de dollars .   En s`établissant à 7,75 milliards en  janvier-février 2017 contre 7,71 milliards  en janvier-février de l`année dernière , elles connaissent même une  légère hausse de 0,5%.Il s’agit en particulier d’une très mauvaise nouvelle pour le gouvernement de M . Sellal qui continue d’afficher des objectifs très ambitieux en matière de réduction des importations au cours des prochaines années après les bons résultats obtenus dans ce domaine depuis 2 ans. L’extrapolation des résultats de  janvier –février à l’ensemble de l’année 2017 donne en effet un niveau d’importation supérieur à 46 milliards de dollars alors que les services du premier ministère, après quelques cafouillages  de M.Sellal,  annonçaient encore voici quelques jours , à l’occasion de la Tripartite de Annaba, un objectif de 35 milliards de dollars d’importations en 2017. On est donc  aujourd’hui très loin du  compte.

Des licences d’importations « pour tous les produits » ?

Ce décalage entre les chiffres des premiers mois de l’année et les objectifs affichés est sans doute à l’origine du durcissement, annoncé récemment,  de la politique du gouvernement  en matière de gestion du commerce extérieur  national. « Tous les produits qui entrent en Algérie seront désormais soumis à une licence où une autorisation » a déclaré voici une semaine  à Alger le ministre du Commerce par intérim, M. Abdelmadjid  Tebboune. Le ministre  a  fait savoir qu’une réunion concernant  la délivrance des licences d’importation et la détermination des quotas , présidée par le premier ministre, pourrait avoir lieu dès cette  semaine  : « Nous allons nous réunir de nouveau en fin de cette semaine ou en début de la semaine prochaine afin d’arrêter approximativement les montants pour l’année 2017 », a déclaré M.Tebboune.

Quels arbitrages ?

A la veille de ces arbitrages, le gouvernement semble être face à 2 options .Une option « minimale » avec la reconduction, probablement révisée en baisse, des quotas déjà fixés en 2016 pour le ciment , le rond à béton et les véhicules de tourisme pour lesquels on évoque un quota de 40000 unités au titre de l’année en cours. Cette démarche pourrait   être étendue en 2017 à l’ensemble des « produits de la revente en l’état ». Elle devrait avoir un impact limité sur la réduction de la facture d’importation ;l’essentiel des économies réalisables sur ces différents chapitres ayant déjà été effectué au cours des  dernières années .A titre d’exemple la facture d’importation de véhicules de tourisme qui était encore de 7, 3 milliards de dollars en 2013 n’a représenté qu’un montant légèrement inférieur à 1,3 milliards de dollars en 2016.Les produits de la revente en l’état qui semblent  principalement visés par la nouvelle démarche évoquée par M.Tebboune sont constitués  de leur côté par les produits de consommation non alimentaires(hors médicaments ) et les produits alimentaires hors produits de première nécessité qui  ne représentent  que nettement moins de 10 % des importations nationales .Dans le cadre d’une telle démarche le déficit du commerce extérieur ,bien qu’en diminution très sensible par rapport aux presque 18 milliards de dollars en registrés l’année dernière, devrait encore rester proche de 10 milliards de dollars en 2017.

Le FMI  recommande une « réduction progressive » des déficits

Une option beaucoup plus lourde de conséquences serait constitué par une extension de la démarche de fixation des quotas à l’ensemble des produits importés ,y compris les biens d’équipement et les demi produits qui ont  représentés au total près de 80 % des importations nationales au cours des 2 premiers mois de l’année. Elle aurait en particulier des conséquences importantes sur l’activité économique hors hydrocarbures qui a déjà ralenti sensiblement en 2016  .Un risque contre lequel  la mission du FMI présente à Alger depuis une quinzaine de jours vient justement de prévenir les autorités algériennes en les invitant à ne pas rechercher « une réduction trop brutale des déficits mais à privilégier plutôt une démarche progressive »

La capacité de régulation du marché  par l’administration sur la sellette

Même limitée aux produits de la revente en l’état, la « réorganisation complète » (sic) du commerce extérieur algérien annoncée par M.Tebboune pour les prochains mois n’est pas exempte de risques qui paraissent élevés. Cette gestion administrative  vise selon le ministre du commerce par intérim  à « organiser le marché et éviter l’anarchie, notamment les cas d’abondance excessive des marchandises dans certaines périodes de l’année et leur pénurie dans d’autres périodes ». L’ennui c’est que la procédure des licences et des quotas vient d’être expérimenté en 2016 pour la banane et que c’est elle qui  a précisément provoqué l’anarchie, la pénurie et une hausse vertigineuse des prix. C’est M .Tebboune lui-même qui le dit : « Personne n’a bloqué les importations de  bananes. Les licences de 2016 étaient arrivées à échéance. Maintenant, il faut de nouvelles licences qui vont arriver bientôt », promet-il 

Mieux encore, selon le ministre dont les propos ont été rapportés par l’APS, « les licences d'importation des produits de bases tels que la semoule, le blé, l'huile, le sucre, le lait et les médicaments seront renouvelées automatiquement pour éviter toute rupture sur le marché » : «  Nous ne réduirons pas d’un kilogramme tout ce qui est importé en matières de légumes secs, de céréales, d’huile et de sucre », a déclaré le ministre.

Il est donc bien clair, y compris pour M.Tebboune, que les licences d’importation vont créer des « ruptures sur le marché » .Comment pourrait –il en être autrement ? Par quel miracle le ministère du commerce qui a été incapable de gérer les quotas d’importation de la seule banane en 2016 pourrait -il être capable de gérer l’approvisionnement du marché pour « tous les produits » en 2017 ? 

La « professionnalisation » des acteurs en question

« Nous devons professionnaliser le marché à travers une meilleure organisation et l'amélioration de la qualité. Je ne peux concevoir qu'un seul opérateur puisse importer 30 produits différents allant du blé au rond à béton », a expliqué M. Tebboune.

Dorénavant, les importations de bananes et de viande seront  confiées  « à des spécialistes » a t’il précisé. « Il y a des gens  qui travaillent depuis 20 ans dans l’importation de bananes,  qui connaissent le marché national et international et qui ont investi dans des très grandes surfaces de froid et de stockage allant jusqu’à 20.000 m2 a ajouté  M. Tebboune qui a précisé  que l’importation de ce fruit sera confiée exclusivement à « 7 ou 8 opérateurs activant dans le domaine ».

Spécialistes ou non, ils bénéficieront d’ailleurs  seulement d’une   autorisation limitée dans le temps  « dont la durée devrait être fixée à 3 mois » pour la viande par exemple.  Comment éviter que cette véritable pluie d’autorisations et de licences à « durée limitée » et pour « tous les produits » se transforme en un puissant instrument de  développement du clientélisme et de la corruption ?  Mais au fait est ce que l’objectif de la  « réorganisation complète » du commerce d’importation prônée par M. Tebboune est vraiment d’ « éviter » une telle situation ? 

ARTICLES SIMILAIRES

Ihsane Visuel
Actualités Algérie

Ihsane El Kadi condamné avant d’être jugé : retour sur des révélations inédites

Il y a un an, le 4 mars 2023, les avocats d’Ihsane El Kadi, Zoubida Assoul, Nabila Smail, Abdallah Haboul et Said Zahi ont révélé, lors d’une conférence de presse,… Lire Plus

Zoubida Assoul
Actualités Algérie

Présidentielles 2024 : la présidente de l’UCP Zoubida Assoul se porte candidate

La présidente de l’Union pour le Changement et le Progrès, l’avocate Zoubida Assoul, se porte candidate à la candidature aux élections présidentielles de décembre 2024. Elle a fait cette annonce,… Lire Plus

Actualités Algérie

Attaf et Blinken s’entretiennent une nouvelle fois sur la situation à Gaza

Le ministre des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, a reçu, mercredi, un appel téléphonique du Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, indique un communiqué du… Lire Plus

nassim diafat
Actualités Algérie

L’ex-ministre Nassim Diafat écope de cinq ans de prison

Le pôle économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed a rendu son verdict, ce mercredi, dans une affaire de corruption visant l’ancien ministre délégué chargé des micro-entreprises, Nassim… Lire Plus

À l'honneur Á la une

Affaire Ihsane El Kadi: 16 patrons de rédactions de 14 pays, dont un prix Nobel de la paix, appellent à sa libération

Plus d’une quinzaine de patrons de rédactions, issus de 14 pays, dont le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, prix Nobel de la paix, Dmitri Mouratov, appellent à la libération… Lire Plus