M A G H R E B

E M E R G E N T

Á la une

Ce que prévoit l’appel d’offres des 150 mw de capacité d’énergie renouvelable

Par Nabil Mansouri
novembre 14, 2018
Ce que prévoit l’appel d’offres des 150 mw de capacité d’énergie renouvelable
Lors de la rencontre organisée par La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg), à Alger le 22 octobre dernier, les opérateurs du domaine des énergies renouvelable ont pris connaissance des détails de l’appel d’offres, relatif au projet de réalisation de 150 mégawatts de capacité renouvelable.

Selon les termes du cahier des charges, il s’agit d’un appel d’offres national qui s’adresse aux investisseurs nationaux, publics et privés, qui souhaitent

investir dans la construction et l’exploitation de centrales électriques photovoltaïques, dont la puissance totale devrait atteindre les 150 MW.

L’appel d’offres porte sur la réalisation de plusieurs centrales solaires photovoltaïques, avec  un raccordement aux réseaux électriques et dont l’énergie électrique produite sera vendue en totalité et exclusivement à l’acheteur. Ce dernier sera désigné, selon l’appel d’offres, par le ministre de l’Energie, à travers un contrat de cession (PPA), conclu entre l’investisseur et l’acheteur.

La réalisation de ces centrales se fera sur la base du principe de BOO (Build, Own, Operate), qui est une formule de réalisation de projet appelée “Project Finance”. Ce qui signifie que le projet apporte lui-même des garanties autres que celles assurées par l’État, afin de faciliter le financement par les banques et les institutions financières.

Ainsi, les investisseurs devront créer une société de projet qui aura pour missions de concevoir, financer, construire, posséder en toute propriété, exploiter et assurer la maintenance de la centrale.

Le cahier des charges stipule aussi que tout investisseur soumettant une offre, devra fournir des preuves de sa volonté de réaliser le projet conformément aux dispositions de l’appel d’offres.

L’investisseur doit, ainsi,  fournir un contrat ou lettre d’engagement prouvant le choix d’une société EPC (ingénierie, approvisionnement et construction) de droit algérien qui sera chargée de la réalisation du projet, et le choix d’une société de droit algérien chargée de l’exploitation et la maintenance des installations qui seront réalisées.

Pour les investisseurs désirant réaliser eux-mêmes la centrale, ils doivent prouver leur capacité technique à mettre en œuvre leur projet.

Les projets doivent être réalisés exclusivement par des moyens locaux

Selon les termes de l’appel d’offres, les  centrales solaires photovoltaïques devront être réalisées uniquement et exclusivement par des équipements fabriqués localement.

Ainsi, des preuves doivent être fournies pat l’investisseur démontrant l’acquisition auprès des fabricants nationaux, des équipements entrants dans la réalisation du projet, (les panneaux solaires, armatures métalliques, structures de passage de câbles, câbles de toute catégorie etc.).

Dans l’exploitation des centrales électriques, l’investisseur doit faire ressortir le taux d’intégration locale par rapport au coût de son investissement global. Il doit aussi justifier cette intégration locale à travers des devis, des engagements avec des sous-traitants locaux, etc.

Le choix des sites d’implémentation porté sur les régions du Sud

Le taux d’ensoleillement et la disponibilité des terrains dans les wilayas du Sud, ont favorisé le choix de l’implémentation des centrales électriques dans ces localités.

Ainsi,  le choix des sites s’est fait au niveau des wilayas de Biskra, El Oued, Ghardaïa et Ouargla, en conséquence de leur disponibilité des terrains destinés à accueillir les centrales. Ceci permettra, aussi, de regrouper plusieurs centrales électriques au niveau d’un seul site.

L’appel d’offres, souligne aussi que l’investisseur a le droit d’obtenir, sous conditions, des terrains de leur choix en concessions ou en location après une démarche administrative auprès du service des wilayas.

Aussi, les centrales seront raccordées aux réseaux de distribution et ou de transport de l’électricité sur la base d’une démarche analytique qui vise à identifier les possibilités de raccordement.

Cette même démarche permet aussi d’identifier les équipements disponibles pour le raccordement de l’ouvrage ou du lot d’ouvrages à un poste qui soit le plus proche possible.

Un contrat de raccordement au réseau de la centrale ou du lot de centrales devra être signé avec le gestionnaire de réseau concerné. Ce contrat stipulera les responsabilités de l’investisseur et du gestionnaire en matière de réalisation des travaux de raccordement du projet au réseau électrique.

Aussi, une convention confirmant la responsabilité de l’investisseur en matière d’exploitation et de maintenance des dispositifs d’interconnexion externes, est signé entre le producteur et le gestionnaire du réseau.