Energies renouvelables : « Il est temps pour l’Algérie de prendre le leadership » (Ryadh Boudjemadi, expert en énergie) - Maghreb Emergent

Energies renouvelables : « Il est temps pour l’Algérie de prendre le leadership » (Ryadh Boudjemadi, expert en énergie)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

« Il est temps de prendre le leadership pour une plaque nord africaine de l’énergie verte ». C’est ce que vient d’affirmer l’Expert Ryadh Boudjemadi, lors d’un exposé qu’il a présenté à la faveur de la seconde édition des débats de la Confédération algérienne du patronat (CAPC), tenue ce lundi, à Alger et qui a eu pour thème : « L’entreprise dans la dynamique de la transition énergétique ».

Pour atteindre cet objectif il s’agit avant tout de se tourner vers « nos voisins maghrébins et éventuellement le sud » A expliqué le conférencier qui a exposé les arguments qui démontrent la nécessité de challenger l’objectif des 15 GW à l’horizon 2030, tel qu’annoncé par les autorités algériennes.

« Les coûts du solaire et de l’éolien ont vu leur décroissance rapide sur les réseaux électriques dans plusieurs pays dans le monde. Le coût du solaire photovoltaïque (PV) a atteint, en 2019, 0,0275$/kWh en Egypte, 0.0244$/kWh en Tunisie et 0.0234$/kWh en Arabie Saoudite.

Récemment, les trois derniers appels d’offres sur le PV solaire ont battu le record mondial avec un prix au kWh de 0.0104$ en Arabie Saoudite, 0.01326$ au Portugal et 0.0135$ aux Emirates Arabes Unis. De même pour l’éolien au Maroc, le projet de 850 MW a été remporté avec un prix de 0,032$/kWh. » A-t-il été indiqué en signalant que le prix de l’électricité en sortie d’une centrale combinée à gaz avec un prix de marché du gaz naturel est en moyenne de 0,060$/kWh, d’où, la compétitivité du solaire et de l’éolien.

La CAPC défend, désormais, la vision de cet expert et estime que les entreprises algériennes ont un rôle central à jouer pour faire face aux défis de la transition énergétique.

Des défis qui offrent l’opportunité à ces entreprises de renforcer leur leadership international désireuses d’aller à la conquête de l’Afrique subsaharienne qui ambitionne de développer 30 GW de solaire à l’horizon 2025.

«  Il s’agit d’impulser une véritable dynamique du tissu économique local et faire émerger à terme des champions locaux qui partiront à la conquête de l’Afrique, où, des opportunités sont réelles et abordables pour nos entreprises.»  Poursuit la CAPC de Sami Agli.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter