Hausse des prix de la pomme de terre : l'ONILEV répond par le déstockage, le ministère du Commerce par le silence ! - Maghreb Emergent

Hausse des prix de la pomme de terre : l’ONILEV répond par le déstockage, le ministère du Commerce par le silence !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le ministère de l’Agriculture et du développement rural a lancé, jeudi, une opération de déstockage de la pomme de terre pour stabiliser l’approvisionnement du marché, a-t-il indiqué dans un communiqué.

« Le ministère de l’Agriculture et du développement rural, à travers l’Office national interprofessionnel des Légumes et Viandes (ONILEV), a procédé jeudi 7 octobre au déstockage de la pomme de terre stockée dans le cadre du Système de régulation des produits agricoles de large consommation, et ce, dans le cadre de la régulation du marché pendant la période de soudure », a précisé la même source.

La première opération s’est effectuée au niveau de la wilaya de Mila et se poursuivra au fur et à mesure pour toucher d’autres wilayas afin d’alimenter les marchés de gros, affirme le ministère.

Il a, par ailleurs, rappelé que le déstockage des produits agricoles de large consommation comme la pomme de terre, l’ail, l’oignon, « obéit à des conditions techniques ».

Concernant la pomme de terre, explique le ministère, l’opération de déstockage est effectuée pendant la période allant de mi-octobre à mi novembre (période de soudure) lorsque la récolte de la pomme de terre fraiche commence à diminuer sur les parcelles, afin d’assurer l’approvisionnement régulier du marché. L’entrée sur le marché de la pomme de terre d’arrière saison débutera fin novembre et se poursuivra jusqu’au moi d’avril, souligne la même source.

De son côté, le ministère du Commerce reste muet face à la hausse des prix sur les marchés de détail, du tubercule préféré des algériens. Cette inflation qui oscille entre 15 et 20%, selon la qualité du produit, est souvent imputé aux pratiques des spéculateurs, qui sont contraires aux règles du commerce et de la concurrence loyale.

La hausse des prix de la pomme de terre sur les marchés, faut-il le rappeler, se produit plusieurs fois dans l’année. Outre les mesures de déstockages, qui sont loin de toucher toutes le régions du pays, les autorités n’arrivent pas à répondre fermement aux spéculateurs ou à proposer des solutions alternatives.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter