Les conclusions de la FAO sur les prix des produits alimentaires en septembre - Maghreb Emergent

Les conclusions de la FAO sur les prix des produits alimentaires en septembre

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
  • L’indice FAO des prix des produits alimentaires est en hausse de 1,2% par rapport au mois d’août et 32,8% de plus qu’en septembre 2020.
  • Malgré un niveau record en 2021, la production de céréales reste inférieure aux besoins de consommation.

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont augmenté en septembre, une augmentation principalement due à un resserrement de l’offre et à une forte demande de denrées alimentaires de base, notamment de blé et d’huile de palme, a indiqué jeudi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires a affiché une valeur moyenne de 130,0 points en septembre 2021, soit une hausse de 1,2% par rapport au mois d’août et 32,8% de plus qu’en septembre 2020. L’Indice suit l’évolution mensuelle des prix internationaux des produits alimentaires les plus couramment échangés dans le monde. 
En septembre, l’Indice FAO des prix des céréales a progressé de 2% par rapport au mois précédent, les prix mondiaux du blé augmentant de près de 4% – atteignant ainsi un niveau supérieur de pas moins de 41% à celui enregistré il y a un an – en raison d’un resserrement des disponibilités exportables dans un contexte de forte demande. Les prix mondiaux du riz sont eux aussi en hausse en septembre, tout comme ceux du maïs, qui progressent modérément de 0,3% – et enregistrent ainsi une valeur moyenne supérieure de 38% à celle de l’année dernière à la même période – car l’amélioration globale des perspectives de production et le début des récoltes aux États-Unis d’Amérique et en Ukraine ont largement compensé les effets des perturbations qu’ont connu les ports des États-Unis à la suite de l’ouragan qui a touché le pays. 

«Parmi les principales céréales, le blé nous intéressera particulièrement dans les semaines à venir, car il faudra voir comment évolue la demande face à des prix qui augmentent rapidement», a déclaré M. Abdolreza Abbassian, Économiste principal à la FAO. 

L’Indice FAO des prix des huiles végétales a affiché une hausse de 1,7% ce mois-ci – et de près de 60% depuis septembre 2020 – car les prix internationaux de l’huile de palme ont atteint leur plus haut niveau depuis 10 ans, sous l’effet d’une forte demande mondiale à l’importation et de craintes quant aux conséquences du manque de travailleurs migrants sur la production en Malaisie. Les cours internationaux de l’huile de colza se sont eux aussi nettement appréciés, contrairement à ceux de l’huile de soja et de l’huile de tournesol, qui ont reculé. 

L’Indice FAO des prix des produits laitiers a progressé de 1,5% depuis le mois d’août, car une demande mondiale à l’importation soutenue et des facteurs saisonniers en Europe et en Océanie ont tiré vers le haut les cours internationaux de tous les produits laitiers, en particulier le beurre. 

L’Indice FAO des prix du sucre était en hausse de 0,5% par rapport au mois précédent – et de 53,5% par rapport au même mois de l’année dernière – en raison des conditions météorologiques défavorables et de la hausse des prix de l’éthanol au Brésil, le premier producteur mondial de sucre. Le ralentissement de la demande mondiale à l’importation et les bonnes perspectives de production en Inde et en Thaïlande ont atténué la pression à la hausse. 

L’Indice FAO des prix de la viande est resté pratiquement identique en septembre par rapport au mois précédent et, sur une base annuelle, il progresse de 26,3 %. Les cours de la viande d’ovins et de la viande de bovins ont augmenté du fait de l’offre limitée, tandis que ceux de la viande de volaille et de la viande porcine ont reculé, respectivement en raison d’une offre mondiale abondante et d’une demande plus faible en Chine et en Europe.

  • 776,7 millions de tonnes de blé seront récoltées en 2021
  • Les échanges mondiaux de céréales devraient se contracter de 0,3% en glissement annuel et s’établir à 473,2 millions de tonnes.

Par ailleurs, la production mondiale de céréales en 2021 devrait atteindre 2 800 millions de tonnes, un record historique qui, néanmoins, ne suffira pas à répondre aux besoins de consommation prévus pour la campagne de commercialisation 2021-2022, selon les nouvelles prévisions de la FAO figurant dans le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales, publié jeudi également. 

La FAO prévoit à présent que 776,7 millions de tonnes de blé seront récoltées en 2021 et que la hausse des rendements prévue en Europe de l’Est et en Australie devrait compenser la baisse de la production à laquelle on s’attend, compte tenu des conditions météorologiques et de la diminution des superficies plantées au Canada et en Fédération de Russie.

Les prévisions concernant la production mondiale de céréales secondaires s’établissent à présent à 1504 millions de tonnes, les récoltes mondiales de sorgho et d’orge devant croître plus rapidement que celles de maïs. On table à présent sur une production mondiale de riz de 50 millions de tonnes, un nouveau record qui s’explique principalement par un regain d’optimisme en ce qui concerne la récolte principale de l’Inde.

Par ailleurs, il est à présent prévu que l’utilisation mondiale de céréales en 2021-2022 s’établisse à 2811 millions de tonnes, soit une hausse de 1,8% par rapport à la campagne précédente qui est principalement due à l’importante augmentation prévue de l’utilisation de blé dans l’alimentation du bétail, une tendance qui s’explique en partie par les prix élevés des céréales secondaires. 

Par conséquent, le rapport stocks/utilisation des céréales au niveau mondial en 2021-2022 devrait s’établir à 28,4%, un niveau en baisse par rapport aux 29,2% de l’année dernière, mais qui reste globalement satisfaisant. 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter