Hydraulique : bientôt des compteurs d'eau intelligents - Maghreb Emergent

Hydraulique : bientôt des compteurs d’eau intelligents

Facebook
Twitter

Le prélèvement des volumes d’eau consommés sera prochainement possible à distance. Un mémorandum d’entente portant sur l’installation des compteurs d’eau intelligents a été signé samedi, au centre de formation de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL), sous la présidence du ministre de l’Hydraulique, Taha Derbal.

Ce mémorandum d’entente a été signé par le directeur général de la SEAAL, Ilyes Mihoubi et le directeur général de l’Algérienne des eaux (ADE), Mustapha Reguig, avec le directeur de l’entreprise “SENSUS” spécialisée dans la fabrication des compteurs intelligents, Abdelhalim Ardjane.

S’exprimant à cette occasion, M. Derbal a déclaré que l’accord lié aux compteurs vise à “fournir des compteurs intelligents fabriqués localement pour contribuer à la numérisation de l’opération de prélèvement des volumes d’eau consommés avec la possibilité de les relever à distance à même d’éviter les déplacements des agents et le désagrément aux clients dans le cadre de la concrétisation du principe de confiance réciproque entre l’administration et le citoyen”.

Quant à l’impact commercial de cette opération, le ministre a précisé que ces compteurs permettront de recouvrer de manière “exacte et juste” les redevances de consommation d’eau et de renoncer définitivement au paiement forfaitaire des factures.

Lancement prochain de la première formation dans le dessalement d’eau

En cette même occasion, un second mémorandum a été signé entre l’ADE, le groupe COSIDER et SEAAL avec la direction de la formation et de l’enseignement professionnels (DFP) d’Alger, concernant le lancement de la “première” formation spécialisée dans le dessalement d’eau de mer.

Selon le ministre, la formation dans les métiers de dessalement d’eau vient “accompagner les grands investissements lancés par l’Etat en matière de réalisation des stations de dessalement d’eau en tant que choix alternatif aux ressources hydriques conventionnelles impactées par le phénomène des changements climatiques”.

L’accord en question garantira à court et moyen termes une main d’oeuvre qualifiée pour assurer la gestion “efficace et rationnelle” des stations de dessalement d’eau de mer en service ou en cours de réalisation au niveau des wilayas côtières du pays.

Rappelons que la SEAAL recourait aujourd’hui à hauteur de 50 % aux  stations de dessalement d’eau de mer pour répondre aux besoins de la population d’Alger en eau potable conformément à la nouvelle stratégie des pouvoirs publics du pays face aux défis de l’épuisement des ressources hydriques, réaffirmant l’engagement “total” de son entreprise à ce processus.

Facebook
Twitter