Il a annoncé la création de quelque 1500 startups en 2021 : Oualid Yacine caresse le rêve d'une "Stratrup Nation" à l'algérienne - Maghreb Emergent

Il a annoncé la création de quelque 1500 startups en 2021 : Oualid Yacine caresse le rêve d’une « Stratrup Nation » à l’algérienne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Le gouvernement algérien semble s’accrocher à son « ambition » de faire naître ex-nihilo et en un temps record, un écosystème entrepreneurial à la « silicon valley ».

C’est dans ce sens que le ministère délégué chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up multiplie les déclarations médiatiques censées défricher le terrain à une adhésion des jeunes compétences algérienne au rêve de la « Startup Nation ».

La dernière en date a eu lieu en marge d’une visite de travail effectuée jeudi à Blida, où le ministre, Oualid Yacine, a annoncé la création de près de 1500 startups d’ici la fin 2021, a annoncé jeudi à Blida le ministre délégué auprès du Premier ministre Oualid Yacine.

Dans une déclaration à la presse, Oualid Yacine, a fait part du recensement actuellement par son département ministériel, de plus de 600 startups, prévoyant une hausse de ce chiffre à près de 1500 entreprises à la fin de l’année en cours.

Le ministre a estimé que cet objectif de création de « 1500 startups à la fin 2021 » est « réaliste » étant donné que son département « privilégie l’aspect qualitatif au quantitatif » et que la « différence entre les sociétés classiques et celles émergentes réside dans le fait que ces dernières offrent des services innovants et une valeur ajoutée à l’économie nationale », a-t-il souligné.

Il a abordé, à ce titre, les différentes facilitations décidées pour l’accompagnement des promoteurs de ces entreprises et des jeunes désireux de créer des sociétés similaires, au plan organisation ou financement, vu que ces entreprises ne peuvent pas être financées par des crédits bancaires, a-t-il observé.

Parmi elles, le ministre a souligné l’approbation de nombreuses exonérations fiscales et dont le décret exécutif portant sur ces exonérations a été adopté la semaine écoulée. A cela s’ajoute la création d’un Fond d’investissement spécial pour les start-up pour faciliter leur financement, a-t-il indiqué, signalant que de nombreuses entreprises innovantes ont déjà bénéficié des prestations de ce Fond.

En outre, Oualid Yacine a révélé la création d’un accélérateur pour ces entreprises « aux normes mondiales » basé à Alger, qui devrait ouvrir à l’avenir des antennes dans plusieurs wilayas, dont Blida, a fait savoir Oualid Yacine.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up a entamé sa visite, à Blida, en se rendant dans une start-up spécialisée dans la confection de machines numériques à Boufarik. Il a exprimé, sur place, son admiration pour l’idée de ce projet, qu’il a considéré comme « un model des projets pouvant constituer une valeur ajoutée pour l’économie nationale, mettre un terme à la dépendance technologique étrangère et assurer un service après-vente rapide, notamment dans le domaine de la maintenance », a-t-il souligné.

Il s’est ensuite rendu à un incubateur d’entreprises de la commune de Blida, relevant d’un opérateur privé et géré par un groupe de jeunes, ainsi qu’une entreprise de la commune d’Ouled Aich, spécialisée dans le domaine du numérique.

Le ministre a clôturé sa visite par une rencontre avec des étudiants et des promoteurs de start-up à l’université Saâd Dahleb, où il a écouté leurs préoccupations relatives au problème de transfert des devises vers l’étranger notamment, dans le cadre de leurs transactions commerciales, outre des problèmes administratifs, liés, entre autres, à l’obtention du registre du commerce.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter