Les lauréats du 4e prix Ali Bey Boudoukha connus - Maghreb Emergent

Les lauréats du 4e prix Ali Bey Boudoukha connus

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

La cérémonie de remises des prix aux lauréats de la 4e édition du prix Ali Bey Boudoukha, s’est déroulée au M Suite Hôtel, à Dar El Beïda, aujourd’hui, 25 décembre 2021. C’est le journaliste et président du jury Lotfi Madani qui, dans un communiqué, a rendu compte de la décision du jury de ne pouvoir récompenser, cette année, la catégorie Article d’Investigation, compte-tenu du flux en baisse des enquêtes de presse obéissant à ses critères. Le jury a donc remis la main à l’organisateur, le journal électronique Maghreb Emergent, pour délivrer le palmarès 2021. Ainsi donc, la dotation de 500 000 dinars a été partagée entre quatre lauréats. Une nouvelle catégorie a été lancée cette année pour récompenser les lanceurs d’alerte.

Le premier prix dans la catégorie « enquête de presse » a été attribué au journaliste et écrivain Saïd Oussad pour son article sur la filière de la harga publié sur le journal Liberté. Un prix spécial de l’organisateur a récompensé la journaliste Samira Moaki pour l’ensemble de son travail de journalisme d’immersion, notamment en faisant l’expérience de la harga sur un botti et en couvrant la guerre d’Irak ou elle a survécu à une balle dans la tempe.

Dans la nouvelle catégorie des lanceurs d’alerte, Nourredine Tounsi, ancien cadre au port d’Oran, source révélant aux médias de nombreuses affaires, dont celle de la filière de la cocaïne, a reçu un premier prix. Il est sorti de prison le 23 septembre dernier, après une année de détention pour des poursuites consécutives à son travail d’alerte.

Le veilleur et lanceur d’alerte sur les détenus d’opinion Zaki Hannache a reçu un 2e prix pour la qualité de son immense travail de collecte d’informations au bénéfice des familles de détenus, des avocats et de la presse.

Solidarité avec Omar Radi

La cérémonie a évoqué la détention du journaliste marocain indépendant Omar Radi présent lors de la 3e édition en décembre 2019 et aujourd’hui lourdement condamné à six de prison, en relation avec son activité professionnelle. De même un hommage a été rendu à Hamza Anis Chelouche, journaliste de Radio M et Maghreb Emergent brutalement disparu le 23 septembre dernier. Son père, le journaliste Mohamed Chelouche a remis le 1er prix de la cérémonie. Les autres remettants étaient la journaliste Souhila Benali, et les avocats Mostefa Bouchachi et Said Ezzahi.

De nombreuses personnalités de la vie publique nationale ont assisté à cet évènement. Le jury a recommandé à l’organisateur du prix d’engager une réflexion pour réformer le prix biennal pour sa prochaine édition en 2023 afin de faire face au tarissement des travaux d’investigation dans les médias algériens.

Le prix Ali Boudoukha est doté, depuis sa première édition en 2014, par le public grâce à une levée de fonds sur la plate forme KisskissBankbank. La levée de fonds 2021 est toujours en cours.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter