Pétrole : le baril de Brent frôle les 120 dollars - Maghreb Emergent

Pétrole : le baril de Brent frôle les 120 dollars

Facebook
Twitter

Les cours du pétrole ont de nouveau enregistré une hausse vendredi. Des événement économiques et géopolitiques ont fait grimper le baril de Brent à un très haut niveau.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a engrangé 1,72%, pour clôturer à 119,43 dollars, soit son plus haut niveau depuis début mars. Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, également pour juillet, il a gagné 0,85%, à 115,07 dollars, hauteur qu’il n’avait plus atteinte depuis début mars et un sommet sur 13 ans.

Le Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du pétrole russe, ont déclaré vendredi les analystes.

« Avec notre objectif de 120 dollars le baril de Brent, nous pensons qu’une forte contraction des exportations de pétrole russe pourrait (…) pousser le Brent bien au-delà des 150 dollars le baril », a déclaré BofA dans une note de recherche.

Le président du cabinet Strategic Energy & Economic Research (SEER), a expliqué que les gens sont nerveux à l’idée qu’il pourrait y avoir un compromis de l’Union européenne sur le pétrole russe. « Ils ne veulent pas se retrouver à découvert, c’est-à-dire avec une position à la baisse, car un accord serait de nature à doper les cours de l’or noir », a-t-il indiqué.

Les échanges sur le marché à terme de l’or noir seront beaucoup plus réduits (que d’ordinaire) lundi (férié aux États-Unis) et on a toujours une guerre en cours en Ukraine, selon les analystes.

Les opérateurs ont aussi relevé l’arraisonnement, par les Gardiens de la Révolution iraniens, de deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe. L’opération est intervenue après de nouvelles protestations de l’Iran contre la mise sous séquestre, depuis mi-avril, d’un navire russe transportant du pétrole iranien.

Rappelons que les cours pétroliers ont flambé après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février. Le baril de Brent avait dépassé 139 dollars le 7 mars, du jamais vu depuis 2008, et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) est monté jusqu’à 130,5 dollars à la même date.

Facebook
Twitter