M A G H R E B

E M E R G E N T

Á la une

PT: « Aucune loi, ni orientation politique n’est irréversible »

Par Maghreb Émergent
avril 29, 2023
PT: « Aucune loi, ni orientation politique n’est irréversible »

Comme la loi sur les hydrocarbures, retirée en 2006 après une opposition farouche des syndicats et des partis, les récentes lois (libertés syndicales et sur l’information) adoptées à la hussarde par l’exécutif sont appelées à être revues, estime le parti des travailleurs (PT) de Louisa Hanoune.

Dans un communiqué rendu public ce samedi au terme d’une réunion de son secrétariat national, à la veille de la célébration de la journée internationale des travailleurs, le PT s’interroge si le passage en force de ces lois syndicales « régressives » et la loi sur l’information qui « porte atteinte gravement à la liberté de la presse » ne visent pas à étouffer toute forme de résistance. « Alors ne sommes-nous pas fondés d’affirmer que le gouvernement, en adoptant des lois remettant en cause brutalement les libertés syndicales dont le droit de grève et l’existence même des organisations syndicales, vise à empêcher toute forme de résistance au cours socio-économique dévastateur actuel ? », se demande le PT.

Réaffirmant son soutien « inconditionnel » au combat des syndicats contre ces lois « liberticides », le parti de Louisa Hanoune réitère son opposition à ces lois, « adoptées dans des conditions anti-démocratiques, sans débat et contre l’avis des syndicats représentants des millions de salariés ».

Il rappelle le « caractère illégitime de ces lois et leur contradiction avec la constitution et les conventions de l’OIT ratifiées par l’Etat algérien ».

Tout en exprimant son soutien au rassemblement prévu le 1er mai par la coordination des syndicats autonomes, le PT rappelle la victoire de la nation en 2006 suite à l’abrogation de la loi portant privatisation des hydrocarbures, et considère que « rien n’est supérieur aux intérêts des travailleurs et donc de la nation et qu’aucune loi, ni orientation politique n’est irréversible ».

« Parce que, le 1er mai 2023 intervient dans un moment politique marqué par la persistance de la fermeture du champ politique et médiatique et le maintien en prison de centaines de détenus politiques et d’opinion, le Parti des travailleurs appelle à nouveau à des mesures d’apaisement et d’ouverture politique, à commencer par la libération de tous les détenus politiques et d’opinion et aux respects de l’exercice des libertés démocratiques », souligne le communiqué.