Sarens Algérie veut une meilleure implication des PME algériennes dans les grands projets d'infrastructures - Maghreb Emergent

Sarens Algérie veut une meilleure implication des PME algériennes dans les grands projets d’infrastructures

Facebook
Twitter

Le patron de Sarens Algérie, filiale du groupe international éponyme spécialisé dans le levage des équipements industriels, M. Hamid Batata, estime que les pouvoirs publics devraient favoriser les entreprises algériennes dans les projets financés par l’Etat.

 

Abordé en marge d’un workshop sur les nouvelles solutions de levage et de transport organisé ce mercredi à l’hôtel Hilton d’Alger, M. Batata s’est offusqué du fait que “les entreprises étrangères engagées dans des projets de construction d’infrastructures en Algérie ne sous-traitent pas l’activité de levage, de manutention et de transport avec les entreprises de droit algérien mais, amènent leurs partenaires étrangers avec eux”.

D’après lui, les coûts de levage, de transport et de manutention représentent 7 à 8 % du coût global d’un projet, que les entreprises de réalisation sous-traitent souvent à des professionnels spécialisés pour réduire les coûts et maîtriser les délais. Or, a-t-il ajouté, les marchés d’infrastructures, qui pèsent plusieurs milliards de dollars par an en Algérie, profitent plutôt aux étrangers. “Nous aurions aimé que les pouvoirs publics fassent en sorte à favoriser les entreprises locales, cela favorisera le développement d’une multitude d’entreprises qui sont dans le même métier que nous, notamment celles créées dans le cadre des dispositifs d’aide aux jeunes promoteurs comme l’ANSEJ », a-t-il dit. Selon M. Batata, les groupes étrangers qui obtiennent des marché en Algérie favorisent le travail avec des entreprises étrangères qu’ils ramènent en Algérie au détriment des entreprises locales pour transférer un maximum de devises. 
Sarens Algérie, est une filiale de Sarens Group, leader mondial dans les domaines de la manutention, du levage et transport exceptionnel des équipements lourds. Opérationnelle depuis 2003, elle emploie aujourd’hui un effectif 100 % algérien de 425 travailleurs. Certains parmi ses ingénieurs formés au métier spécifique du groupe, opèrent partout dans le monde là où le groupe en a besoin de leurs compétences.
La filiale algérienne, détenue à hauteur de 60 % par Sarens group, dispose d’une flotte de 120 grues de différents tonnages et une gamme variée de tracteurs routiers et de port-engins de diverses capacités. Elle a accompagné durant cette décennie de son existence les équipementiers ayant installé en Algérie les stations de dessalement d’eau et des centrales électriques et aussi les constructeurs de l’autoroute Est-ouest.

 

Facebook
Twitter