M A G H R E B

E M E R G E N T

Maghreb

Un an après l’attaque de Tiguentourine, aucun signe du retour de BP et Statoil sur le site

Par Maghreb Émergent
janvier 8, 2014
Un an après l’attaque de Tiguentourine, aucun signe du retour de BP et Statoil sur le site

[caption id="attachment_317" align="alignnone" width=""]BP et Statoil hésitent encore à redéployer leurs techniciens sur le site de Tiguentourine (DR)[/caption]

A quelques jours du premier anniversaire de l'attaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine, le 16 janvier 2013, les compagnies pétrolières BP et Statoil, partenaires de Sonatrach, hésitent encore à redéployer leurs employés dans le complexe.

 

"Nous avons envoyé quelques personnes en Algérie cet Automne mais (…) s'agissant du site gazier de In Amenas, aucun employé de BP n'y est allé", affirme dans une déclaration à Maghreb Emergent, Robert Wine, responsable de la communication au sein de la firme pétrolière britannique British Petroleum. A l’origine de cette hésitation, le manque de garantie en matière de sécurité, qu’offre le site malgré le renforcement des mesures par l’armée algérienne. " Nous n'allons pas demander aux gens (employés) de travailler là-bas (à In Amenas, Ndlr) à moins que nous soyons sûrs quant aux mesures de sécurité, mais je crois que des progrès sont réalisés", ajoute la même source. Sans donner plus de précision quant au planning du retour de la compagnie pétrolière britannique, M. Wine a estimé que le souci majeur de BP et des ses partenaires dans la joint venture est de faire en sorte que ce type d'incident (l'attaque contre le site) ne se reproduise plus", a-t-il ajouté.

Statoil amorce un retour progressif en Algérie

C'est dans cette perspective que la Joint Venture Sonatrach-BP-Statoil a mis en œuvre un programme de mesures de sécurité qui ont été définies comme des conditions préalables pour le retour des partenaires étrangers de Sonatrach. "Nous ne pouvons pas discuter des arrangements de sécurité spécifiques. Cependant, en plus des mesures de sécurité mises en place par la Joint venture, nous comprenons que les autorités algériennes sont en train de faire des améliorations aux mesures de sécurité dans la région entourant les sites ", précise le responsable.

Contrairement à BP, la compagnie norvégienne Statoil a, pour sa part, entamé son retour en Algérie, a indiqué en décembre dernier, Jannik Lindbaek, porte-parole du groupe norvégien à l’agence de presse spécialisée en énergie, Platts. Une partie du personnel de Statoil est installée dans une base opérationnelle à Hassi Messaoud, a-t-il précisé. « Nous avons maintenant 40 personnes présentes sur une base à Hassi Messaoud, le retour vers les installations de production d’In Amenas et In Salah interviendra plus tard » a-t-il déclaré, en ajoutant que l’entreprise est déterminée « à retourner en Algérie ».

Une attaque sans précédent

Le 26 Février 2013, le conseil d'administration Statoil a décidé de mener une enquête sur l'attaque terroriste contre le gisement d'In Amenas. Dans son rapport remis en septembre 2013, l'équipe d'enquête souligne que "l'attaque terroriste contre In Amenas était une attaque sans précédent. Cela démontre clairement que même des entreprises comme Statoil sont aujourd'hui confrontées à des menaces graves pour la sécurité», explique le chef d'enquête Torgeir Hagen. Les entreprises pétrolières qui exploitent le gisement n’auraient pas pu déjouer l’attaque " car aucun scénario n’avait été envisagé pour une attaque terroriste sur le site de cette envergure", relève le rapport d'enquête qui souligne que Statoil "aurait dû prendre l’initiative de vérifier ou d’assurer de manière indépendante la sécurité à In Amenas". Torgeir Hagen a affirmé qu' "aucune force militaire ni autre ne peut garantir une protection complète contre des terroristes déterminés sur une zone de la taille du Luxembourg située près d'une frontière poreuse séparant l'Algérie et la Libye".

Selon un bilan officiel, 37 otages en majorité des employés des deux firmes BP et Statoil. Une trentaine de terroristes ont été éliminés.

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités Maghreb

Coopération patronale : création d’alliance entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye

Trois organisations patronales, à savoir, le Conseil du renouveau économique algérien (CREA), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et l’Union générale des chambres de commerce, d’industrie… Lire Plus

Actualités Maghreb

Maroc-inflation : hausse de l’indice des prix à la consommation de 1,8%

Selon le haut-commissariat au Plan, marocain, l’indice des prix à la consommation au royaume a enregistré une hausse de 1,8% au cours du mois de juin 2024, conséquence de la… Lire Plus

Actualités Maghreb

Maroc : l’opposant Mohamed Ziane de nouveau condamné

Détenu depuis novembre 2022, l’opposant marocain et ancien ministre, Mohamed Ziane, vient d’être condamné à cinq ans de prison ferme dans une nouvelle affaire. En effet, cet ex-bâtonnier de Rabat,… Lire Plus

Actualités Maghreb

Tunisie : le Secrétaire général d’Ennahdha arrêté

En Tunisie, le secrétaire général d’Ennahdha, Ajmi Lourimi, a été arrêté dans la soirée du samedi 13 juillet 2024. Le parti a rendu public un communiqué pour dénoncer cette arrestation qui… Lire Plus

Actualités Maghreb

Tunisie : le candidat à la présidentielle Abdellatif Mekki assigné à résidence

En Tunisie, le candidat à l’élection présidentielle, ancien cadre d’Ennahdha et ex-ministre de la Santé, Abdellatif El Mekki, a été assigné à résidence. Le juge d’instruction a prononcé plusieurs interdictions… Lire Plus