Corruption : un nouveau scandale financier éclate à l'OAIC

Corruption : un nouveau scandale financier éclate à l'OAIC

Pas moins de 4 millions d’euros ont été découverts dans un compte en France. Le procureur de la République a fait savoir que l’enquête est appelée à s’étendre et concernera d’autres fonctionnaires de l’OAIC.

Un ancien conseiller du bureau national des céréales est au cœur d’un scandale financier. En effet, il s’agit du fonctionnaire Hassain Abdel Rahman, ex-fonctionnaire de la commission des grains, qui est accusé d’avoir opéré d’énormes transferts financiers vers le Luxembourg.

Il s’agit de la colossale somme de 1,9 millions d’euros. Les premiers échos de cette de corruption remontent à novembre dernier. Le représentant de la République au tribunal national du pôle économique et financier, Qara Shaker, vient d’en rappeler les contours à la faveur d’une conférence de presse.

Il a indiqué que le mis en cause a eu à occuper plusieurs postes à responsabilité, notamment celui de Directeur du commerce extérieur de 2013 à 2020, de même qu’il a été inspecteur général à l’office national des grains et membre de la commission des marchés, ce qui lui a permis d’effectuer aisément d’importants transferts financier à partir d’Alger, grâce à ses comptes bancaires au Luxembourg, dont le montant a atteint 1.9 million d’euros.

L’enquête a par ailleurs révélé l’existence de la somme de 4 millions d’euros dans un autre compte en France. Le magistrat a également indiqué que l’individu effectuait des déplacement fréquents et réguliers à Paris et au Luxembourg, à raison d’un voyage par mois, ce qui a piqué la curiosité des agents de la chambre économique rattachée à la sûreté d’Alger qui a fini par ouvrir une enquête. Celle-ci a alors révélé l’existence de biens considérables et de comptes bancaires appartenant au suspect.

Il est, désormais, mis en détention provisoire alors que l’enquête le concernant suit son cours, avec pour motifs d’inculpation la richesse illicite, indus privilèges lors dans le domaine des contrats et marchés publics, mouvement de capitaux de et vers l’étranger et conclusion de marchés douteux.