Fasnet Oil and Gas fragilisé par ses mauvais résultats dans l'exploration pétro-gazière au Maroc - Maghreb Emergent

Fasnet Oil and Gas fragilisé par ses mauvais résultats dans l’exploration pétro-gazière au Maroc

Facebook
Twitter

Le cours des actions du groupe a perdu 50% sur la place boursière londonienne suite de l’annonce qu’il n’y a ni pétrole ni gaz exploitables au puits de Foum Assaka, dans l’offshore marocain (bassin d’Agadir).

 

 

Grosses désillusion du groupe pétrolier irlandais Fasnet Oil and Gas au Maroc. Les mauvais résultats de ses recherches pétrolières dans ce pays lui coûtent déjà cher sur les places financières internationales. Au London Stock Exchange, le cours de ses actions a dégringolé de 50% à la suite de l’annonce qu’il n’y a ni pétrole ni gaz exploitables au puits de Foum Assaka, dans l’offshore marocain (bassin d’Agadir).

L’annonce de la découverte de pétrole et de gaz par Fastnet Oil & Gas dans le puits FA-1, à Foum Assaka, avait nourri l’espoir d’un gisement important. Après les premiers essais, il s’est avéré que les quantités estimées n’étaient pas importantes. Pis, commercialement parlant selon le site marocain Le Mag, ”elles seraient inexploitables”.

Le groupe a décidé de reboucher le puits, précise, de son côté, le site Busines World. “Ce puits est le premier réalisé dans la zone de licence Foum Assaka et en tant que tel, il nous a néanmoins été utile pour obtenir de précieuses informations pour l’évaluation du potentiel réel de cette licence”, a estimé Paul Griffiths, directeur général de Fastnet. 

Pour rappel, au mois de février dernier, Fastnet Oil & Gas avait renouvelé, par un accord avec le gouvernement marocain, sa licence sur l’offshore Foum Assaka jusqu’au 30 juin 2016.

 

Chute au LSE

 

La même mésaventure avait été vécue par une compagnie pétrolière, le britannique Cairn Energy, qui avait essuyé un échec dans l’exploration du puits Juby Maritime (JM-1), dans l’offshore du Sahara occidental. ”La qualité du réservoir et la densité de l’huile dans le jurassique supérieur exigent une évaluation plus poussée par Cairn et ses partenaires, notamment l’ONHYM et Genel Energy”, avait précisé un communiqué de Cairn Energy.

Quelque 31 sociétés pétrolières opèrent au Maroc mais également dans les eaux du Sahara Occidental, territoire revendiqué par le Maroc et pour lequel le front Polisario revendique l’indépendance.

 

Facebook
Twitter