L'économie marocaine encore plus dépendante des pétrodollars du khalij en 2013 - Maghreb Emergent

L’économie marocaine encore plus dépendante des pétrodollars du khalij en 2013

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

A défaut d’une adhésion au Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Maroc a réussi en 2013 à arracher presque la totalité des aides promises par les Etats du CCG. Mais le gros de la manne des fonds souverains khalijis lui échappe toujours.

 

2013 est donc une année record pour les dons en provenance des monarchies du Golfe à destination du Maroc. Une « générosité » qui concrétise une décision prise, en 2012, par le sommet des Etats du Conseil de coopération du Golfe. Celle-ci accordait au royaume une aide de cinq milliards de dollars, jusqu’en 2018, pour le financement de projets de développement dont la liste a été présentée aux responsables de quatre pays du CCG, lors de la tournée du Roi Mohamed VI dans la région en octobre de la même année. Une série d’injections financières à même permis de maintenir, à plus ou moins long terme, les équilibres sociaux-politiques de la monarchie, au moment même où la plus grande partie du monde arabe est en ébullition.

En offrant sa part de 1,25 milliard de dollars, longtemps otage des aléas politiques entre les deux pays (notamment à cause de la chaîne El Jaziraa), le nouveau Qatar du cheikh Tamim vient  d’emboîter le pas au Koweït, aux Emirats Arabes Inis et à l’Arabie saoudite. Doha vient donc s’ajouter aux deux bailleurs de fonds traditionnels du Maroc dans la région, Ryad et Abou Dhabi.

La peur de la contagion démocratique
C’est encore le royaume saoudien qui a récemment apporté une contribution spéciale de 200 millions de dollars au projet de la ligne TGV Tanger-Casablanca. Une des conséquences de la vague du « Printemps arabe » qui a ébranlé certains pays de la région, a été l’empressement des Etats du Golfe à ouvrir massivement les robinets pour aider les régimes modérés à faire face aux coûts des revendications sociales de la population. La peur d’une «dérive» démocratique, portée par des millions de citoyens sortis dans les rues, et des bouleversements qu’elle pouvait apporter, y compris dans les riches monarchies du Golfe, étaient là. Et du coup, c’est le Maroc et la Jordanie qui ont été les premiers sur la liste des bénéficiaires des milliards, suivis par l’Egypte. Même si Ryad n’a pas encore, pour autant, débloqué l’intégralité de l’aide promise à Rabat en octobre 2012. Le fonds saoudien au développement a pour l’instant octroyé au Maroc une enveloppe de 400 millions de dollars en mars 2013 et une autre de 275 millions en novembre. Près de 600 millions d’euros manquent encore à l’appel.

Les fonds d’investissement des monarchies en ligne de mire

Mais le Maroc ne veut plus se contenter que des aides directes. « Compte tenu de la crise qui sévit dans l’Union européenne, le Maroc a tout intérêt à développer des partenariats complémentaires avec les monarchies pétrolières du Golfe arabe, qui offrent de grandes capacités d’investissement » explique Charles Saint-Prot, Directeur de l’Observatoire d’Etudes Géopolitiques à Paris. Le royaume chérifien souhaite, en effet, une implication plus forte des fonds souverains des pays du Golfe dans de grands projets structurants. Ces fonds sont réputés pour leurs confortables assises financières estimées à plus de 1 300 milliards de dollars.

D’un autre coté, le potentiel d’apport en investissements direct étrangers (IDE) des pays du CCG est également très important. Il est aujourd’hui estimé à plus de 500 milliards de dollars. Mais le Maroc n’a attiré que 20 milliards de dollars de ce pactole, soit 4 % du total alors que seulement 0,5% des exportations marocaines ont atteint les six pays du CCG. Dans le domaine du tourisme, les liens entre le Maroc et le Golfe sont également peu développés. En 2009, 84% des touristes au Maroc étaient originaires d’Europe, contre seulement 2,7% du Moyen-Orient. Performance modeste comparée à d’autres pays arabes comme l’Egypte.

Pas d’impact sur la balance des paiements

Ces IDE originaires des pétromonarchies profitent-ils réellement à l’économie marocaine ? « Pour juger de la pertinence des IDE originaires des pays du CCG, il faudrait que ces secteurs précités (tourisme, immobilier) aient de forts effets d’entraînement sur les autres secteurs d’activités constituant la trame de l’activité économique au Maroc. Or (…) les retombées de ces investissements venant du Golfe seraient plus conséquents s’ils étaient drainés vers des secteurs productifs comme l’industrie (aéronautique, automobile, métallurgie). De plus, les grands projets touristiques et immobiliers initiés par les investissements issus des pays du CCG ont provoqué une flambée des prix du foncier », expliquait récemment l’hebdomadaire financier marocain « Finances Hebdo ». Le magazine va plus loin, estimant que cette manne n’a pas eu l’impact qu’elle devait avoir sur la balance des paiements du Maroc, ce qui constitue un paradoxe. Car par le truchement de leurs filiales au Maroc, les entreprises de ces pays minimisent leur apport initial en devises. 

Mais quelle que soit la lecture faite sur ces aides, point de salut sans le CCG pour le Maroc car d’ici 2020, il est prévu que les États du CCG détiennent à eux seuls plus de 3 500 milliards de dollars des investissements directs à l’étranger (IDE) dans le Monde. Le Maroc tient à tout prix à avoir sa part de cette manne.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter