M A G H R E B

E M E R G E N T

Idées

Une vaine bataille d’Erdogan contre Twitter

Par Maghreb Émergent
mars 26, 2014
Une vaine bataille d’Erdogan contre Twitter

En Turquie, la liberté d’action de Twitter vient d’être freinée. Par Tayipp Erdogan himself !

 

En effet, suite à la diffusion, sur ce réseau social, d’enregistrements sonores mettant en cause le Premier Ministre, Erdogan dans une affaire de corruption, l’autorité gouvernementale des télécommunications à intégré le nom de domaine Twitter.com dans la liste des 40 734 sites web interdits dans le pays. Cette interdiction qui n’a pas eu l’aval de la justice, montre clairement que le site web à l’oiseau bleu est plus que jamais impliqué dans l’avenir politique du premier ministre turque. Et que la liberté d’expression numérique a quitté le groupe des opportunités pour rejoindre celui de la confusion. Il est, en effet, de plus en plus difficile pour les promoteurs du renouveau numérique multidimensionnel de convaincre les décideurs politiques, de plusieurs pays comme la Turquie, que les réseaux sociaux sont de plus en plus matériellement utiles dans la lutte contre les fléaux sociaux tels que la corruption dans le milieu politique. Ces décideurs doivent comprendre que Twitter sert de fort relais de transmission d’information qui peut renforcer l’audience des hommes politiques chez les populations. Avec ce réseau social, le contenu est dynamique, accrocheur, les abonnés restent plus longtemps sur Twitter et peuvent rendre les relais d'informations traditionnels obsolètes.

Lancer des Tweets permet également aux hommes politiques de mieux comprendre les préférences des citoyens. L’émergence de terminaux mobiles connectés signifie qu’il existe désormais plus que jamais des moyens de « mettre en ligne » l’engagement politique des citoyens et d’impliquer le contenu mobile dans la gestion multidimensionnelle de la société. Finalement, les partisans de l’interdiction des réseaux sociaux doivent garder à l’esprit qu’il existe plus qu’un moyen technique pour contourner cette « cybercensure ». Ainsi, en Turquie, plus de 3,5 millions d’abonnés Twitter ont utilisé un VPN (réseau privé qui permet de contourner les limitations mises en place par les fournisseurs d’accès), reconfiguré leurs serveurs DNS et envoyé des Tweets. Résultats, 8 millions de Tweets ont été échangés le lendemain, du premier jour du blocage. Ainsi, La tendance est au téléchargement du logiciel VPN sur les smartphones ou à la configuration des réglages DNS sur les PC. C’est un jeu d'enfant pour les millions d'internautes turcs. Une chose est certaine, les réseaux sociaux deviennent des moteurs d’une contestation de masse au lendemain d’une censure numérique.

ARTICLES SIMILAIRES

Actualités Idées

« Ihsane, privé de ta liberté, tu restes un homme libre » (Saïd Djaafer)

Cher Ihsane, Notre complicité humaine et professionnelle qui remonte à loin ne nous a pas mis devant la question délicate de savoir s’il faut souhaiter un “joyeux anniversaire” à quelqu’un… Lire Plus

Actualités Idées

Cinq pistes économiques sur lesquelles devraient réfléchir le futur gouvernement légitime (Contribution)

L’ébullition politique, que suscite la situation politique actuelle, dans notre pays, est normale à plus d’un titre, après des décennies de silence forcé ou plutôt, qu’à la seule source du… Lire Plus

Idées

Avec Gaïd Salah, le régime décrépit ne marche plus que sur un pied, le sécuritaire

Le dispositif répressif a connu une escalade de plus dans la capitale pour ce 19e vendredi, alors que la semaine a prolongé le désert politique du côté du régime. Impasse intégrale ?… Lire Plus

Contributions Idées

Crise politique en Algérie : urgence de dépasser l’entropie actuelle par le dialogue productif

Comme  je l’ai souligné dans plusieurs contributions parues au   niveau  national/ international, une longue période de transition ne peut que conduire le pays à l’impasse économique et politique, d’où l’urgence d’un… Lire Plus

Actualités Idées

Nabni lance un chantier autour de la liberté de manifester et de s’exprimer en Algérie

« La liberté de rassemblement et de manifestation : Se réapproprier l’espace public reconquis le 22 février 2019 », est le troisième « Chantier de refondation » du Think-Tank NABNI.