M A G H R E B

E M E R G E N T

Renouvelable

Desertec critique le report par l’U.E, d’un projet d’interconnexion électrique avec l’Afrique du Nord

Par Maghreb Émergent
septembre 25, 2014
Desertec critique le report par l’U.E, d’un projet d’interconnexion électrique avec l’Afrique du Nord

[caption id="attachment_482" align="alignnone" width=""]Le projet de cable électrique Europe-Afrique du Nord est un mauvais signal pour le projet Desertec DII (DR)[/caption]

Le Desertec Industrial et Initiative (DII) et neuf de ses partenaires ont dénoncé la décision prise par l’autorité européenne de l’électricité (ENTSO-E), de reporter à 2030, un projet d’interconnexion électrique avec l’Afrique du nord.

Le plan décennal de développement du réseau de transport européen (TYNDP) pour 2014, qui vient d’être publié, « ne prévoit qu’une seule interconnexion (NTC de 0,6GW), ne spécifie pas de points de connexion et reporte sa réalisation à 2030 », dénonce le Desertec Industrial Initiative (DII), qui y voit un « signal décourageant aux pays d’Afrique du Nord ». La proposition pour le TYNDP 2014 fait trois pas en arrière car, « le TYNDP 2012 avait déjà fait un premier pas dans ce sens en considérant deux projets d’interconnexion entre l’Europe et l’Afrique du Nord (Algérie-Italie, Tunisie-Italie, NTC 1,5GW) comme projets d’intérêt européen à mettre en place avant 2022 ».

Les organisations signataires de cette prise position hostile à la décision de l’autorité européenne sont, en plus de DII, Climate Parliament, E3G, Estela, EuropaCable, GermainWatch, Medgrid, Rcreee, ResMed, Abengeoa et ACS. Les signataires considèrent que le TYNDP 2014 « ne saisit pas l’opportunité d’examiner de plus près tous les bénéfices pouvant être générés par l’échange d’électricité entre l’Europe et l’Afrique du Nord ».

Opportunité manquée

Les organisations partenaires estiment ainsi que « non seulement l’Europe manque une opportunité majeure mais elle envoie en plus un signal décourageant aux pays d’Afrique du Nord qui se sont fortement engagés dans des projets de réforme de leur marché de l’électricité et d’intégration régionale des systèmes en visant une intégration au marché européen ». Et d’appeler l’ENTSO-E à revoir sa position et inclure dans son TYNDP 2014 « les deux projets mentionnés dans le TYNDP 2012 et annulés en 2014 avec une réalisation dans les dix prochaines années et l’option d’étendre les réseaux électriques aux pays voisins de l’Europe au travers de la Méditerranée en identifiant des corridors de transport au niveau européen ».

Il convient enfin de préciser que l’ENTSO-E publie régulièrement un plan décennal de développement du réseau de transport européen (TYNDP), un document ayant pour objectifs d’«améliorer l’information et la transparence par rapport aux investissements dans les systèmes de transport d’électricité nécessaires au niveau européen et d’appuyer les processus décisionnels aux niveaux régionaux et européens ». Il convient également de rappeler que DII promeut un projet gigantesque de développement d’énergies renouvelables au Grand Sahara où d’importantes capacités de production renouvelables pourraient être installées afin de couvrir la demande croissante en Afrique du Nord mais, ce projet qui bute devant les réticences politiques des pays de la région, notamment l’Algérie et que l’ENTSO-E vient de saquer.